Compte-rendu: atelier de recherche « Marché du livre arabe traduit en Français depuis 2011 » de Richard Jacquemond

Richard Jacquemond, qui a animé cet atelier, est professeur de langue et littérature arabes modernes à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut de Recherches et d’Etudes sur les Mondes Arabe et Musulmans (IREMAM, CNRS, Aix-en-Provence), dont il est actuellement directeur.

En introduction, il a été rappelé que le marché de la traduction de l’arabe vers le français est une niche littéraire, ceci renforcé par le fait que certains écrivains arabes écrivent directement en français qui est une langue centrale dans les traductions, contrairement à l’arabe qui reste périphérique. Il se trouve à la 10e ou 11e place des langues depuis lesquelles on traduit en France. Ce classement a une importance car plus une langue est centrale, pus le type de livres traduits est varié. A l’inverse, plus une langue est périphérique, plus est étroite la diversité de livres traduits depuis cette langue. Ainsi, depuis l’arabe est essentiellement traduit du roman et beaucoup de livres religieux, à destination de communautés musulmanes francophones.

Richard Jacquemond a également souligné que la poésie ancienne, les grands traités d’histoire et les livres de voyage étaient considérés comme plus nobles que la littérature arabe moderne. Cependant, ce système de valeur se renverse du point de vue du marché de l’édition, car il y a très peu de place pour des textes anciens mais un intérêt du lectorat pour de la littérature arabe moderne – qui date pour l’essentiel de la Nahda. Cet intérêt est cependant assez tardif car la Nahda est considérée comme une imitation de ce que produit la littérature européenne.

Richard Jacquemond met ensuite en lumière qu’une des raisons qui retarde la traduction, réside dans les liens diplomatiques entre la France et l’Egypte, rompus avec la nationalisation du canal de Suez [1]. Ainsi, pendant les années 1950-60, toute une génération de grands écrivains égyptiens a été victime de cette situation politique et ils seront traduits seulement 20 à 30 ans après leur parutions. A l’inverse, à partir de 1967, la cause palestinienne suscite de l’intérêt pour le monde arabe, notamment dans les milieux de gauche militants, ce qui amène à la traduction de poésie palestinienne chez de petits éditeurs.

Il poursuit en expliquant que dans les années 1970-80, diverses aides à la traduction depuis l’arabe sont mises en place. La maison d’édition Sindbad, subventionnée par l’Algérie, publie alors beaucoup de littérature arabe traduite. A la même époque, l’Institut du Monde Arabe investit également dans un programme de soutien à la traduction. En 1992, Actes Sud crée une collection dédiée au monde arabe, la première hors programme subventionné. Au même moment la guerre en Algérie précipite la faillite de Sindbad, dont le fonds est racheté en 1995 par Actes Sud, qui va continuer à publier sous ce nom. L’histoire d’Actes Sud reproduit en quelque sorte celle du Seuil dans les années 1950, ou comment la constitution d ‘ un catalogue de littérature étrangère permet à un nouveau-venu de s’imposer dans le paysage de l’édition français. Jusqu’à aujourd’hui, Actes Sud reste le premier éditeur d’écrivains arabes. Le deuxième est l’Harmattan, mais sa place s’explique d’abord par son mode de fonctionnement particulier dans l’édition française (une sorte de semi-compte d’auteur).

La présentation continue en rappelant que des années 1990 à 2000, avant 2011, le marché est dominé par les écrivains égyptiens et libanais. La question est de comprendre si 2011 a marqué un point de rupture dans les pratiques éditoriales, si le marché a évolué ou non. Richard Jacquemond précise qu’il a étudié la question dans le cadre d’une commande du projet LEILA (Arabic Litterature In European Langages). Il en ressort qu’après 2011, on assiste à une forte augmentation de la traduction des auteurs et autrices syrien-nes. Auparavant, jusqu’à 2011, la production syrienne était un « trou noir », la Syrie ayant une très mauvaise image en France. On note également l’émergence des auteurs des pays du Golfe et d’Arabie saoudite, quasi-inexistants jusqu’au tournant du millénaire. Cela se fait notamment au détriment des auteurs égyptiens, moins traduits depuis 2011, tandis que la place des auteurs maghrébins arabophones, doublement marginalisés par leurs pairs francophones et par les écrivains arabophones orientaux, reste toujours aussi dérisoire.

Richard Jacquemond analyse l’évolution de cette niche, moins par rapport à une bascule après 2011, mais plutôt par rapport à son traitement médiatique. La réception de la littérature arabe traduite est reliée à sa valeur ethnologique, de témoignage, ce que l’écrivain irakien Sinan Antoon a qualifié de « forensic interest ». Il souligne également un intérêt pour les représentations des femmes arabes, qui s’illustre au travers des clichés racistes projetés par les orientalistes sur ces dernières autour d’une dichotomie « culture de l’interdit/culture du plaisir ».

La volonté de se conformer à ces attentes pour les éditeurs s’illustre également dans le choix de couvertures d’ouvrage. Richard Jacquemond cite en exemple l’illustration de couverture de L’immeuble Yacoubian [2], un jeune garçon est allongé sur une sorte de sofa oriental. La nécessité pour le lectorat que cette littérature fasse office de témoignage vivant, incarné, se retrouve aussi dans les commentaires des livres, souvent faits par des journalistes, des « experts » de la région, plutôt que par des critiques littéraires. Cependant, l’internationalisation de cette littérature s’illustre par ailleurs au travers des agents littéraires qui jouent un rôle de plus en plus important dans la médiation entre leurs auteurs et les maisons d’édition. La présentation a ensuite glissé vers la discussion en évoquant les biais du marché du livre arabe traduit – comme le fait que des écrivains arabes choisissent d’écrire en français plutôt qu’en arabe, et les difficultés de la diffusion de cette niche littéraire.

Zéno Roux-Lafay

———————–

[1] Le 26 juillet 1956, Gamal Abdel Nasser, Président de la République d’Égypte, nationalise le canal de Suez afin de financer le projet du barrage d’Assouan. Les principaux actionnaires, britanniques et français, protestent. La France, puissance coloniale qui soupçonne l’Égypte de soutenir le FLN, rejoint le Royaume-Uni et Israël dans l’opération Mousquetaire et conduit une expédition punitive en Égypte, afin de défendre les droits de ses actionnaires. Source : Wikipédia, 2022.

[2] L’immeuble Yacoubian, Alaa Al-Aswany, Actes Sud, 2022.



Citer ce billet
CEDEJ (2022, 28 juin). Compte-rendu: atelier de recherche « Marché du livre arabe traduit en Français depuis 2011 » de Richard Jacquemond. Les Carnets du CEDEJ. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4ya

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search