Les points d’eau au Caire, l’exemple de Mounira

 

Les questions liées à l’eau en Égypte sont omniprésentes dans le discours national mais aussi international. Ceci s’explique en partie par la topographie du pays. A plus de 90% désertique, la majorité de la population pour ne pas dire la quasi-totalité se concentre sur la vallée du Nil. La pression démographique, le réchauffement climatique qui affaiblit le débit du Nil en amont nuisant au niveau de remplissage du lac Nasser (réservoir d’eau national) et conduit à une hausse du niveau de la mer en aval risquant une augmentation de la salinisation du delta, les tensions avec l’Éthiopie liées au barrage de la Renaissance, le dépassement du seuil de stress hydrique[1] du pays sont autant d’éléments qui expliquent l’intérêt porté à ces questions en Égypte. Dans le cadre de mon mémoire de recherche pour mon master 1 de Géographie suivi à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, j’ai voulu m’intéresser à cette thématique de l’eau en Égypte. Toutefois, plutôt que de partir d’une étude à l’échelle nationale ou régionale, il m’a semblé intéressant d’étudier ces enjeux à l’échelle micro-locale. Comment dans le quotidien des habitants les questions d’accès à l’eau sont-elles vécues et perçues ?

Pour ce faire, le quartier de Mounira, en centre-ville du Caire sur la rive droite du Nil, a été le terrain privilégié. Mon intégration au Cedej dans le cadre d’un stage de recherche a facilité ce choix de terrain. De même, le fait que j’y vivais me permettait d’y réaliser des observations quotidiennes et de discuter plus facilement avec les habitants, car mon statut d’habitante de Mounira légitimait que je m’interroge sur les pratiques de « mon » quartier. L’abondance de l’eau dans l’espace public qui contraste avec les discours sur la pénurie de la ressource portés à l’échelle nationale et internationale m’ont conduit à m’interroger sur cette pratique de partage de l’eau. Quelles formes ce partage prend-il et pourquoi l’eau, une ressource rare est-elle partagée d’autant plus qu’elle est payante ? En effet, chaque habitant paie pour l’eau du réseau qu’il consomme chez lui ou l’eau en bouteille qu’il achète.

En Égypte, le partage de la ressource se fait sous la forme de sabils. Le sabil (سبيل) qui signifie « chemin » (1) est un point d’eau qui sert à donner de l’eau aux passants sur leur chemin. A Mounira, j’ai rencontré trois types de sabils : les coledair (A) (كولدير), les coleman (B) (كولمان) et les ollat (C) (du singulier olla, de l’arabe قلة). Il y a aussi des robinets et des fontaines à eau plus modernes qui peuvent être présents dans la rue en libre-service pour les passants ou habitants du quartier qui n’auraient pas accès à l’eau chez eux. Au total, il y a 54 points d’eau à Mounira (cf cartographie ci-dessous) : 12 coledair, 27 coleman, 7 ollat sur un arbre à olla, 8 robinets (D) et une fontaine à eau (E). Situés près d’échoppes, de mosquées, de pressings, de restaurants, de cafés, des stations de métro Saad Zaghloul et Sayyeda Zeynab, leur accès est gratuit et accessible à toutes et tous. Ils sont installés à l’initiative individuelle d’habitants, de travailleurs ou gérants d’échoppes et de restaurants. L’installation de ces points d’eau permet de récolter des hassanates (حَسَنات) c’est-à-dire des « bonnes actions » qui, lors du jugement dernier, seront prises en compte pour permettre ou non l’accès au paradis. Les sabils peuvent aussi être installés en l’hommage à un proche décédé pour qui des hassanates sont récoltées sur Terre en son nom.

Les sabils font partie intégrante du paysage urbain cairote et correspondent à une pratique ancienne de partage de l’eau à la fois religieuse mais aussi historique et culturelle (1). En effet, déjà à l’époque des Mamelouks et des Ottomans (1), des sabils étaient installés sur la devanture d’un kuttab (كُتَّاب), une école coranique (F), et mises en place pour donner de l’eau aux personnes qui ne seraient pas raccordées à l’eau au réseau public de distribution (2 et 3). L’eau est perçue comme une bénédiction et un don de Dieu en islam (نعمة الله) qu’il faut partager avec son prochain.

Nawal Achiri

 

[1] Le seuil de stress hydrique correspond à la quantité d’eau disponible par habitant et par an. Il est fixé à 1700m3 d’eau par habitant et par an. Or, l’Égypte atteint à peine les 500 m3/hab./an ce qui la place en situation de pénurie.

 

Ce coledair est placé devant un restaurant à Mounira, clients comme passants se servent en eau à cette fontaine dressée en l’hommage à un proche de la famille décédé. Il est approvisionné en eau du réseau public et fonctionne à l’électricité Huit coleman sont disposés à proximité de l’entrée de l’hôpital des enfants et de la station de métro Sayyeda Zeynab pour permettre aux patients et aux passants de s’hydrater. Sept ollat sont posées sur un arbre à olla situé à l’entrée d’un pressing. Une olla est un objet en terre cuite que l’on remplit avec l’eau du robinet. Certains affirment que le matériau de la terre cuite permet de purifier naturellement l’eau et de la conserver au frais. Deux gamelles ancrées à même le sol remplies d’eau des ollat sont destinées aux chats et chiens qui déambulent dans la rue

 

 

 

Ce robinet est situé à l’angle d’un restaurant. Tous les passants peuvent s’y servir ; de même que les échoppes alentours qui n’auraient pas de points d’eau chez elles. C’est le cas d’un peintre dans la rue adjacente qui s’y fournit en eau pour sa consommation personnelle et ses activités professionnelles.

 

Voici une fontaine à eau qui fournit de l’eau minérale aux passants. Elle n’est pas rattachée au réseau électrique, elle ne fournit donc pas d’eau fraîche à la différence du couldair. C’est l’échoppe à sa gauche qui se charge du renouvellement du bidon d’eau.

 

 

Sabil-Kuttab de l’école coranique Abd al-Rahman Katkhuda situé dans le Caire islamique.

 

 

Le plus ancien point d’eau de Mounira, un puits (بئر) maintenant hors service, mais conservé sur la façade de l’immeuble.

 

 



Citer ce billet
CEDEJ (2022, 29 juin). Les points d’eau au Caire, l’exemple de Mounira. Les Carnets du CEDEJ. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4yb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search