Les fonctionnaires dans le labyrinthe, Vers la nouvelle capitale, entre indemnité et déplacements

https://almanassa.com/stories/5312

Publié le dimanche 26 septembre 2021

Auteur : Ahmed Gomouaa

Mise en contexte 

La Nouvelle Capitale, construite à 60 km du Caire, va bientôt accueillir ses premiers employés. En parallèle, des appartements destinés aux fonctionnaires ont été construits dans la ville de Badr, une ville industrielle située à l’est de la Nouvelle Capitale. L’article revient sur la construction de ces logements.  

——

Omar Mahrous a déménagé plusieurs fois avant s’installer à Sheikh Zayed, à l’ouest du Caire, il y a 5 ans. Il jouit du calme procuré par l’enceinte fermée et ne manque d’aucun des services de base dont il bénéficiait au Caire. 

Mahrous est l’un de ces milliers d’employés à qui le gouvernement propose d’aller travailler sur la bordure est du Caire, dans la Nouvelle Capitale Administrative, et de résider dans la ville de Badr. Des facilités de paiement sont mises en place pour aider à l’installation, mais Mahrous a décidé de rester à son poste actuel, dans son organisme gouvernemental à Sheikh Zayed. 

En effet, bien que Badr ait été fondée dans les années quatre-vingt, l’énergie n’y est pas la même que dans des villes comme Zayed, fondées plus tard. C’est l’une des principales raisons qui fait que beaucoup hésitent à s’y installer. Omar Mahrous, employé d’une cinquantaine d’années, n’a pas l’intention de partir de son lieu de travail actuel, qui se trouve à quelques minutes de son domicile en voiture, pour un autre endroit qui lui demanderait beaucoup plus de temps de trajet. Il n’est pas non plus à l’ordre du jour de la famille de déménager à Badr. Il a donc informé ses managers de ses intentions dès le départ. Alors que des employés comme Mahrous ont décidé de rester à leur poste et de ne pas déménager vers la nouvelle capitale, d’autres visitent Badr de temps à autre, envisageant l’idée de vivre proche de la capitale. Un troisième groupe envisage de bénéficier de l’indemnité de transport proposée aux employés de la Nouvelle Capitale s’ils restent à leur domicile. Le gouvernement a ainsi suivi les plans de vie de certains fonctionnaires qui oscillent entre garder leur logement actuel et déménager. On approche de la première phase de transfert des employés vers la nouvelle capitale, qui devrait démarrer au cours du dernier trimestre de cette année.

Badr, ville du désert

Selon les données publiées sur le site Web de l’Autorité des nouvelles communautés urbaines, la population de Badr City est de 180 000 habitants, ce qui est bien inférieur à la population de villes nouvelles comme Sheikh Zayed qui compte 350 000 habitants. Pour l’Etat, le choix de Badr comme lieu de résidence pour les employés de la Nouvelle Capitale ne correspond pas à l’attractivité du logement  mais au fait que c’est l’un des points les plus proches des nouveaux cabinets ministériels – à 15 minutes. Dans ce contexte, un projet a été mis en place concernant le logement des employés qui ont déménagé à Badr, à 15 kilomètres donc de leur nouveau lieu de travail dans la capitale. Le prix de l’appartement atteint 450 000 livres avec des facilités de paiement. La route vers ces résidences n’a pas été facile, puisque de nombreux habitants de Badr ne savent rien du lieu qui recevra les employés de la capitale administrative et ce, bien que l’endroit ait été inauguré par le Président de la République il y a un mois. 

Malgré le calme extrême qui règne dans le complexe résidentiel, le lieu ne semble pas isolé : il n’est qu’à quelques minutes, en Tuktuk, le moyen de transport le plus répandu dans la région, du centre commercial le plus proche. A Badr, des plans ont été conçus pour que les services dans les domaines de l’éducation, de la santé et des sports soient à proximité des résidences du personnel. L’Autorité des nouvelles communautés urbaines a achevé la construction de services complémentaires, et le projet est prêt à être livré. Cependant, son fonctionnement dépend toujours des employés recevant leur logement sous contrat, selon Amr Khattab, porte-parole du ministère du Logement. On ne connaît pas encore le nombre d’employés qui ont réservé des appartements, comme a indiqué Khattab, en déclarant à Al-Manassa que l’ensemble du dossier était entre les mains du Conseil des ministres. En effet, le nombre d’employés qui pourra réserver un logement à Badr dépend de la sélection des employés qualifiés pour travailler dans les agences gouvernementales de la capitale. Par conséquent, aucun chiffre n’a été annoncé. Cependant, certains sont prêts à supporter ces difficultés en contrepartie d’une progression de carrière, car déménager à Badr est devenu un moyen d’accès à un travail valorisé dans la Nouvelle Capitale. 

En direction de l’Est

De nombreux employés s’attendent en effet à obtenir une promotion et des augmentations salariales en déménageant près de la nouvelle capitale qui dispose d’infrastructures à la pointe de la technologie. Des jeunes comme Khaled Kamal envisageant ainsi sérieusement de s’y installer. Kamal vit actuellement à Al-Ahram Gardens et veut absolument travailler dans la Nouvelle Capitale. Après avoir étudié d’autres possibilités de logement à proximité de la capitale, la meilleure option est de vivre à Badr, en raison des facilités de paiement fournies par le gouvernement pour s’y installer. « Tout le pays se dirige vers l’est. L’administration, l’urbanisation et l’avenir vont tous dans cette direction. Pourquoi ne pas me rapprocher et saisir l’opportunité de devenir un cadre supérieur au sein du gouvernement ? » nous dit Kamal. 

A Badr, la surface moyenne des logements est de 118 mètres carrés, et le gouvernement propose de payer 25% du prix d’achat et d’échelonner sur 7 ans les versements pour les 75% restants. C’est donc une alternative abordable par rapport aux appartements privés de la Nouvelle Capitale, où le prix au mètre carré commence à partir de 9 000 livres et atteint des seuils dépassant les 20 000. Ainsi, pour les fonctionnaires, une alternative au logement est d’acheter des appartements pour personnes à faibles revenus dans les Jardins de la Capitale, une nouvelle ville créée par décret présidentiel en 2020, située dans le quartier de Badr et à proximité de la capitale administrative. Il est également possible pour les fonctionnaires d’acquérir des appartements dans le troisième arrondissement de la Capitale Administrative avec des facilités de paiement. Cependant, la faisabilité de ce projet dépend du prix unitaire des appartements ou encore de l’évolution de la prestation des services dans ces nouveaux projets, qui se précisera dans la période à venir. Ainsi, bien qu’il soit enthousiasmé à travailler dans la capitale, Kamal ne cache pas son inquiétude quant au manque de services sociaux à Badr jusqu’à présent. « Je veux vivre dans un endroit entièrement desservi, entouré d’une classe sociale qui ressemble à mon mode de vie ». 

D’autres comme Ahmed Eid ont choisi une solution de compromis : il déménagera pour travailler dans la capitale, mais habitera l’un des vieux quartiers de l’est du Caire, pour ne pas manquer les services de base auxquels il était habitué. Il y a 8 ans, il s’est installé aux jardins des Pyramides, une zone du quartier de Haram à Gizeh qui est assez proche du cœur du Caire où se trouve l’entreprise familiale. Cependant, il a récemment décidé de louer un appartement à Nasr City qui se trouve à environ 30 minutes du quartier des fonctionnaires de Badr. Il peut payer son loyer grâce à l’indemnité de transport. Cela lui permet de maintenir le style de vie qu’il a au Caire, et de ne pas avoir à parcourir trop de kilomètres par jour jusqu’à la capitale. « Je ne vais pas déménager à Badr City et être stressé par ma vie loin du Caire et par la charge de travail de ma femme. Je ne resterai pas dans les Jardins des Pyramides pour me déplacer tous les jours de la périphérie de Gizeh à Suez », déclare-t-il. Eid ne veut pas rompre avec ses habitudes nocturnes, raison pour laquelle il aime le Caire. Un déménagement dans une ville éloignée comme Badr bousculerait cette routine. Aussi, bien qu’il possède une voiture, Eid ne s’imagine pas être en retard, comme il le fait actuellement depuis le Plateau de Gizeh ou depuis le lieu de résidence de sa famille, rue du Soudan. Eid a également une autre raison de rester : la famille, puisque ses fils rendent visite à leurs parents deux fois par semaine, ce qui changera forcément s’il déménage loin. Dès lors, Nasr City représente pour la famille « le meilleur compromis », surtout étant donné la série de ponts mis en place par l’Etat afin d’assurer la fluidité du trafic dont les usagers se plaignent depuis longtemps dans le quartier.

Le gouvernement avait annoncé la mise à disposition d’une indemnité mensuelle de transport d’une valeur de 2000 EGP pour les employés se déplaçant vers la Nouvelle Capitale s’ils n’habitaient pas à Badr. Cette allocation est absolument nécessaire, étant donné que les logements achevés à Badr sont limités à 9 000 unités environ, soit moins de la moitié du nombre d’employés qui devraient déménager.

Allocation essence 

Issam Mahmoud a, quant à lui, décidé de compter sur l’allocation transport, car il n’a pas envisagé de changer de résidence. Compter sur l’allocation était envisageable pour Mahmoud, puisqu’il vit dans un appartement donnant sur la Ring Road, l’une des autoroutes menant à la Nouvelle Capitale, et qu’il possède une voiture. Il a déclaré à Al-Manassa : « Je dépense environ 1 200 livres par mois en essence, et avec les déplacements vers la Nouvelle Capitale, l’allocation sera suffisante pour couvrir l’augmentation du coût de l’essence. La route est aussi plus praticable que celle que j’emprunte actuellement dans le centre-ville, en plein dans l’agitation du Caire. »

Alors que de nombreux employés tentent de trouver des solutions alternatives au logement à Badr, les premiers habitants de Badr trouvent que leur ville n’est pas aussi austère qu’il n’y paraît lorsqu’on la visite pour la première fois. La ville de Badr a été pendant de nombreuses années inhabitée et dépourvue de services jusqu’à ce qu’elle devienne une ville dynamique, avec des marchés, des écoles et des universités. C’est la même dynamique qui va se produire, avec le temps, pour les logements du personnel, explique Fayçal Al-Saedy, l’un des premiers habitants de Badr. Badr, situé sur la route de Suez, a été créée dans le cadre d’un programme gouvernemental d’expansion urbaine qui ne suit pas le cours du Nil. Elle a été pensée comme une ville industrielle qui inclut des dizaines d’usines, comprenant des industries chimiques et alimentaires. Fayçal, avec sa petite famille de 3 personnes, vit à Badr depuis 15 ans. Il travaille dans le commerce. C’est une profession populaire là-bas, en raison de la disponibilité des produits des usines voisines; et il est doué pour conduire, donc il n’est pas gêné par le peu de transports en commun. « Nous ne manquons de rien, nous avons des marchés et les gens peuvent travailler dans les usines et les écoles », dit Fayçal en tirant sur sa cigarette, avant de monter dans son pick up pour transporter des marchandises entre les marchés.

La spirale de l’hésitation

Pourtant, certains n’ont pas atteint le même stade de réconciliation avec la ville au fil du temps.  Par exemple, Wael Ibrahim y a obtenu un logement social il y a longtemps, mais il a toujours peur de déménager à Badr. Il a déclaré à Al-Manassa : « Je vis dans l’endroit le plus proche de mon travail de menuiserie à El-Darb El-Ahmar. C’est maintenant impossible de rouler tous les jours, cela prend plus d’une heure, et les transports sont chers, c’est une perte de temps. Dieu ne m’a pas encore permis de vivre à Badr ». Le rêve de vivre dans une ville nouvelle et tranquille persiste ainsi pour les employés de l’ancienne capitale tels Ibrahim qui visite de temps en temps son possible appartement à Badr et qui envisage souvent de déménager. Alors qu’Ibrahim parie sur les efforts de l’Etat pour implanter la capitale administrative dans les quartiers des villes voisines comme Badr, les fonctionnaires attendent l’évolution de la vie à Badr pour pouvoir déménager l’esprit tranquille, et la situation s’enlise dans un cercle vicieux.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
CEDEJ (19 septembre 2022). Les fonctionnaires dans le labyrinthe, Vers la nouvelle capitale, entre indemnité et déplacements. Les Carnets du CEDEJ. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4yf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search