A qui sont ces routes? La route de la capitale administrative est semées d’autoponts

https://almanassa.com/stories/5680

Publié le jeudi 10 mars 2022

Auteurs : Mohamed El Khouly et Rim Abdel Qader

Contexte 

L’article revient sur la construction massive de routes et d’autoponts reliant l’Est du Caire à la Nouvelle Capitale. Ces travaux d’aménagements ont entraîné des modifications urbaines importantes dans les quartiers concernés, comme Héliopolis et Nasr City, en obérant la qualité de vie.

Ces dernières années, les habitants des quartiers est du Vieux Caire ont suivi les travaux qui se sont  déroulés en accéléré sous les fenêtres de leurs maisons, allant de l’abattage d’arbres pour élargir les routes à la construction d’autoponts et d’une ligne de train électrique. Le point commun entre ces aménagements est de rendre la route vers la nouvelle capitale rapide et facile d’accès. Pour que la Nouvelle Capitale soit un succès politique, il a fallu re-planifier des quartiers de Nasr City et d’Héliopolis, afin de créer un axe rapide reliant le centre-ville à la nouvelle capitale. Selon les experts, ces aménagements ont diminué la qualité de la vie dans ces quartiers. Ces milliards de livres d’investissements dans les routes et les ponts de l’est du Caire ont participé à l’augmentation des prix de l’immobilier dans la Nouvelle Capitale, tout en modifiant les anciennes rues.

Tous les chemins mènent à la capitale 

La partie est du Caire a récemment fait l’expérience de la culture de “l’axe”, un terme qui englobe la planification d’une série de travaux de construction, des routes et d’autoponts reliés les uns aux autres par une seule voie, assurant ainsi un trajet rapide entre deux points. 

Dans ce contexte, un grand nombre d’axes de circulation ont récemment été prévus pour faciliter l’accès à l’est du Caire et, depuis cet endroit, jusqu’à la nouvelle capitale. Parmi les plus importants d’entre eux se trouve l’axe Al-Assar, d’une longueur de 18 km, qui a nécessité la construction de huit grands bâtiments et plusieurs travaux d’élargissement des routes. Celui-ci s’ajoute à la série des axes routiers Joseph Tito, Al-Fardous, Roxy Ramses et Shinzo Abe, ou encore à la construction du monorail, dont la première phase sera ouverte en mai prochain, de la mosquée Al-Moshir à la Nouvelle Capitale. On estime à 22 milliards de livres le plan de développement du Caire Est. 

« Les projets d’extension de routes menés au cours des deux dernières années dans l’Est du Caire ont transformé des quartiers comme Héliopolis et Nasr City en quartiers de transit », déclare le chercheur urbain Yahia Shawkat. Les rues secondaires n’ont pas été épargnées par des travaux d’aménagement qui les ont aussi transformées en autoroutes, explique Shawkat. Elles étaient auparavant calmes et bien aménagées, contrairement aux rues latérales des quartiers populaires qui manquent généralement d’attention de la part de l’État. 

De nombreux messages ont circulé sur les réseaux sociaux depuis deux ans à propos des aspects négatifs de l’expansion des routes. Le plus important est peut-être la critique dirigée contre la destruction de tombes anciennes, qui constituaient un obstacle à l’axe du Paradis. De nombreux blogs ont montré des images des rues et des places qui ont été détruites pour élargir la route. Le terme “développement” est devenu une parodie, tant il est associé désormais à la désertification et au bruit des voitures. Comme l’explique l’expert immobilier Ahmed Abdel Fattah, « les rues comme Al-Mirghani et Abu Bakr Al-Siddiq à Héliopolis ont vu leurs prix unitaires baisser, en raison de la suppression des espaces verts et de la construction de grandes surfaces. Ainsi, le prix d’un appartement donnant sur une surface verte est différent du prix d’un lot donnant sur un autopont ou une autoroute. Le quartier a perdu l’un de ses avantages, qui était le calme ». 

Dans une interview avec Al Manassa, deux courtiers travaillant à Héliopolis et Nasr City ont reconnu que le marché de l’immobilier dans ces quartiers avait été affecté récemment. Karam Gad, courtier immobilier à Héliopolis, a déclaré qu’il « avait négocié la vente d’un appartement, il y a deux semaines, sur la rue Al-Thawra. La vente a eu lieu au prix de 2,6 millions de livres, bien que le propriétaire ait initialement insisté sur trois millions. Cependant, parce que le marché dormait et qu’il était pressé, il a finalement accepté de baisser le prix de l’appartement ». Mahmoud Hussein, courtier à Nasr City, explique que la stagnation du marché immobilier dans le quartier est visible, en particulier dans les rues Abbas Al-Akkad et Makram Ebeid. De l’avis des deux courtiers, les appartements donnant sur les autoponts ont été les plus touchés. Gad peut expliquer que ce sont les « plus touchés » car il a dans son portefeuille un appartement sur la rue Abu Bakr Al Siddik, toujours en vente depuis trois mois, malgré l’intérêt et les visites de plus d’un acheteur. Il déclare que « le client refuse d’acheter un appartement dont le balcon donne sur un autopont, bien qu’il y ait une grande distance entre le balcon et la passerelle routière ».

Selon les données du moteur de recherche spécialisé dans l’immobilier, Aqar Map, les prix des appartements à Héliopolis ont baissé de 6 % au cours de l’année écoulée – 18 % pour les villas. Si l’on prend les prix de l’immobilier comme critère d’appréciation de la qualité de vie, les prix de l’immobilier dans la Nouvelle Capitale et ses environs ont fait l’objet d’estimations élevées au cours ces derniers temps, ce qui témoigne de l’attention que leur porte l’État.

Soyez gagnants avec la Nouvelle Capitale 

Les axes qui dérangent les habitants des vieux quartiers de l’est du Caire sont les artères qui font vivre la Nouvelle Capitale et dans lesquelles l’État a injecté des milliards d’investissements en infrastructures. La majorité des promoteurs y ciblent un public issu de la classe moyenne supérieure. Cet intérêt politique se reflète dans le prix au mètre carré dans cette communauté, qui était un désert il y a encore cinq ans. Selon les données d’Aqar Map, les prix moyens des unités résidentielles dans la Nouvelle Capitale dépassent désormais les prix unitaires à Nasr City et Héliopolis. Le prix moyen au mètre carré d’un appartement dans la capitale est de 12 200 EGP et de 21 100 pour une villa, contre un prix moyen du mètre carré plafonné à 7 450 EGP pour les appartements et 12 800 pour les villas à Nasr City. A Héliopolis, le mètre carré est à 8 300 EGP pour les appartements et 13 350 pour les villas.

Nul doute que l’amélioration des transports vers la Nouvelle Capitale a contribué à l’augmentation du prix du mètre carré. Selon une enquête d’opinion menée en 2020, « pour 35% des personnes de la classe moyenne souhaitant acquérir des logements, le transport arrive en tête de leurs préoccupations lors d’une décision d’achat », précise Abdel Fattah. La population proche de la capitale a eu de la chance avec la création des nouvelles villes, dont l’exemple le plus marquant est la ville d’El Shorouk qui n’est qu’à trente minutes de la nouvelle capitale. Le prix moyen au mètre carré d’une unité résidentielle y atteint 7 250 EGP, et le mètre pour une villa commence à partir de 17 000 EGP selon les données d’Aqar Map. De nombreuses classes à faible revenu ciblent ainsi un déménagement vers des villes proches de la nouvelle capitale qui proposent des logements à des prix inférieurs. Outre le déménagement de nombreux organes gouvernementaux vers la novuelle capitale, l’État construit un immense centre financier et quartier d’affaires, ce qui signifie également le transfert d’une grande partie des emplois.

Ainsi, les travailleurs de la Nouvelle Capitale auront de nombreuses possibilités pour se rendre rapidement à leur travail, tandis que ceux dont l’emploi et la vie sont concentrés dans les quartiers Est du Caire effectueront de plus longs trajets pour utiliser les rues réaménagées. En effet, le développement des rues de l’Est du Caire s’est accompagné d’un nouveau tracé pour les voies d’entrées, et de nombreuses voitures doivent ainsi parcourir de plus longues distances pour circuler. Selon l’avis de certains, le prolongement des axes et la construction nécessaire de nombreux autoponts a eu un impact négatif sur la qualité de vie dans les habitations avoisinantes. « Les nouvelles routes sont un grand avantage pour se déplacer vers de nouvelles villes et permettent des économies de carburant pour ceux qui s’y rendent. Par contre, l’aspect environnemental n’a pas été pris en compte lors de l’étude de ce projet, ce qui a nui aux résidents des propriétés voisines des autoponts, car ils souffrent de la pollution et du manque d’intimité », explique Abul-Hassan Nassar, un expert immobilier.

Selon Yahia Shawkat, les effets des travaux sur Héliopolis et Nasr City sont apparus depuis deux ans, ce qui signifie que d’autres conséquences apparaîtront dans le futur. La construction des grands axes routiers aura un impact sur la nature des quartiers et de leurs rues. Elles transformera des quartiers résidentiels paisibles en zones à vocation commerciale desservies par des autoroutes.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
CEDEJ (19 septembre 2022). A qui sont ces routes? La route de la capitale administrative est semées d’autoponts. Les Carnets du CEDEJ. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4ye


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search