La COP27, atout Charm au service du rayonnement égyptien. Un bilan contrasté : du politique, sans citoyen

Du 6 au 20 novembre 2022, la ville de Charm el-Cheikh a accueilli la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, la COP27. Initialement prévue du 6 au 18 novembre, elle s’est étendue sur deux jours supplémentaires afin de parvenir à des accords, les négociations patinant notamment sur la mise en place d’un mécanisme de « réparations » qui reconnaisse les dégâts irréversibles dans les pays jugés les « plus vulnérables », généralement des pays des Suds, causés par les pays des Nords.

Figure 1 : Entrée principale de la zone bleue, 14/11/2022 © ML

 

Charm el-Cheikh, capitale du climat en Égypte

Ce n’est pas la première fois que la station balnéaire accueille un événement international sur l’environnement. En 2018, elle avait déjà été la ville hôte de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité. Le choix de cette ville ne tient pas au hasard : située dans le Sud-Sinaï, elle est devenue l’une des principales destinations du tourisme balnéaire en Égypte à partir des années 1980. Elle dispose donc des capacités hôtelières et des infrastructures nécessaires à un tel événement. Plus de 45 000 personnes ont effectivement participé au sommet. Elle est donc la deuxième COP ayant accueilli le plus de participants, après celle de Glasgow l’année précédente. D’un point de vue sécuritaire, la ville a été l’objet de nombreux contrôles en amont du sommet. Par ailleurs, son éloignement de la capitale, au bout d’une péninsule, accessible par avion ou après le franchissement de différents check-points, ainsi que le déploiement d’un important dispositif de sécurité ont neutralisé tout potentiel de contestation. Dans les mois et semaines qui ont précédé la COP, le gouvernement a cherché à faire de Charm el-Cheikh la première ville verte d’Égypte. Parmi les projets mis en œuvre, on note l’aménagement de fermes solaires, des initiatives visant à interdire la consommation de plastique à usage unique et surtout la mise en service de bus électriques qui assuraient le transfert des participants de l’aéroport aux hôtels et aux différents sites du sommet. En effet, la conférence s’est tenue sur deux sites que des navettes reliaient en une vingtaine de minutes : la zone bleue où ont eu lieu les négociations et où se trouvaient les pavillons des États et des organisations internationales (Figures 2 et 3), et la zone verte qui hébergeait la société civile (Figures 4 et 5). La zone verte se divisait en cinq halls : deux dédiés au secteur privé et aux acteurs du développement, un aux acteurs jeunesse et de l’innovation, un aux ministères égyptiens et un dernier aux universités et acteurs financiers.

Les initiatives locales égyptiennes ont été peu nombreuses du fait du prix de location des logements dans la ville, de celui des stands dans la zone verte1 et des conditions politiques peu favorables. Alors que les arrestations se sont multipliées au Caire dans les semaines précédant l’événement, les manifestations, en temps normal interdites, ont été exceptionnellement autorisées durant la tenue du Sommet à Charm el-Cheikh. Le guide d’information de la zone verte précisait cependant qu’elles ne pouvaient avoir lieu que dans une zone spécifique, entre 10 heures et 17 heures et qu’elles devaient être annoncées 36 heures à l’avance. Sur la route entre ces deux zones se tenait une autre conférence, la seconde édition du Forum de la Saudi Green Initiative, lancé en 2021 par l’Arabie saoudite, afin de présenter ses actions concrètes pour le climat et l’environnement. La localisation de ce Forum rendait possible pour les participants la confusion entre cette Initiative verte saoudienne et la zone verte de la COP27, bien plus loin depuis la zone bleue.

 

Figures 2 et 3 : Les espaces extérieurs de la zone bleue, 12/11/2022. © ML&FB

 

Figures 4 et 5 : Les espaces extérieurs de la zone verte, 14/11/2022. © ML&FB

 

De l’héritage pharaonique…

La ville a été mise au service de l’organisation de l’événement, avec pour objectif de participer au rayonnement de l’Égypte à l’international. Au-delà de la dimension diplomatique, le sommet a servi de vitrine au pays et a représenté une occasion d’en faire la promotion touristique et culturelle. En témoignent la communication de la compagnie aérienne Egyptair, mais également d’organisations internationales comme le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ou encore les pavillons des ministères égyptiens de l’Agriculture et de la Culture dans la zone verte qui vendaient de l’artisanat local. Dans la continuité de la stratégie de communication du gouvernement depuis plusieurs années, la COP a principalement mis en avant l’héritage pharaonique. La croix Ankh était présente un peu partout sur le site (Figures 6 et 7).

Figures 6 et 7 : L’entrée du pavillon « Égypte », sur la zone bleue (12/11/2022) et le stand du ministère de la Culture, sur la zone verte (14/11/2022). © ML&FB

En outre, les salles qui accueillaient les différents pavillons portaient le nom de villes, de dieux ou de souverains antiques : Ramsès, Néfertiti, Amon, Khufu, Hatshepsut, Osiris, Memphis, etc. Surtout, la partie basse du logo de la COP27 représente le dieu solaire Aton2 (Figure 8), tandis que la partie haute est un soleil, symbole de la « culture africaine », d’après la communication de la Présidence. Ce n’est pas la première fois qu’un pays hôte met ainsi en avant son patrimoine national : en 2015, pour la COP21, la tour Eiffel s’était glissée sur une feuille verte. Cependant, les références quasi exclusives au passé n’évoquent pas l’urgence climatique actuelle, contrairement au logo de la COP25 organisée par le Chili à Madrid en 2019. La COP27 s’inscrit en fait dans la continuité d’une stratégie de l’État égyptien qui donne une place centrale à la tradition historique dans sa gouvernance et sa communication nationales et internationales. La réémergence de l’héritage pharaonique vient fonder la nouvelle Égypte, la « Nouvelle République » voulue par le Président Abdel Fattah al-Sissi3. Ainsi, les références à l’Égypte antique sont nombreuses dans l’architecture des villes nouvelles et dans certains événements comme la Parade des momies qui s’est tenue au Caire en avril 2021 et instaurent une continuité entre un passé glorieux et l’époque actuelle.

Figure 8 : Différents logos de COP

… aux défis à venir

Alors que l’héritage pharaonique est mis en avant, les impacts des changements climatiques sur la population égyptienne au quotidien ont été quelque peu occultés. Il ne s’agit pas là d’une spécificité égyptienne. Bien que la COP27 était celle des pertes et préjudices (loss and damage), rares sont les pavillons – à l’exception de celui du Pakistan, par exemple, qui affichait clairement « What happened in Pakistan won’t stay in Pakistan » – à avoir insisté sur les conséquences concrètes des changements climatiques sur les territoires et les sociétés. Toutefois, il faut noter le pavillon UN-Egypt dont la programmation suivait le déroulé des journées thématiques et présentait des projets mis en œuvre dans le pays. À titre d’exemple, le Fonds international de développement agricole (IFAD) a présenté son projet Sustainable Agriculture Investments and Livelihoods (SAIL) qui vise à réduire la pauvreté et à garantir la sécurité alimentaire dans tout le pays. SAIL promeut « l’agriculture intelligente », notamment hydroponique, et la « résilience » des petits paysans via la microfinance. Le PNUD a quant à lui présenté les résultats de son programme d’adaptation au changement climatique dans le delta du Nil et sur la Côte Nord. Lors de leurs interventions, les ministres de l’Environnement, Yasmine Fouad, et des Ressources en eau et de l’Irrigation, Hani Sewilam, ont insisté sur le caractère exceptionnel de cette COP qui consacrait une journée entière à l’agriculture et une autre à l’eau. En effet, le programme de la COP était divisé en journées thématiques : finance, science, jeunesse, décarbonisation, adaptation et agriculture, genre et eau, société civile, énergie, biodiversité, solutions. Il faut néanmoins noter que la journée « Eau », initialement prévue seule, a été couplée à celle dédiée au « Genre » et que la thématique a finalement peu été mise en avant, alors même que le ministre affirmait que « l’eau est au cœur de l’action contre le changement climatique ».

 

Une COP africaine ? Un enjeu régional pour l’Égypte

Figure 9 : Sameh Shoukry, le ministre des Affaires étrangères, lors d’un événement spécial coordonné par l’Égypte et les États-Unis. Salle plénière, 11/11/2022 © ML

Au-delà du rayonnement culturel, l’enjeu pour l’Égypte était double. Il s’agissait à la fois de montrer que le pays était capable d’accueillir un événement d’envergure internationale, réunissant plus d’une centaine de dirigeants étrangers ainsi que leurs délégations sur son sol, mais aussi et surtout de défendre une position forte de pays leader pour la région dans les négociations sur le climat.

Sur le premier point, le Président Abdel Fattah al-Sissi avait à cœur de montrer la stabilité du pays par le déploiement de ses capacités d’accueil, la mise en avant du patrimoine national décrite ci-dessus, les avancées environnementales du pays symbolisées par la trentaine de bus électriques et les vélos en libre circulation à Charm el-Cheikh, ou encore l’emphase portée sur les sites touristiques de la mer Rouge, sa biodiversité, notamment corallienne, et ses plages à l’eau bleu turquoise. Cela même dans un contexte où l’année écoulée et la guerre en Ukraine ont entraîné des conséquences désastreuses sur l’économie mondiale, mais plus particulièrement encore sur celle de la région. La COP est intervenue d’ailleurs à un moment où l’Égypte venait de signer un accord avec le Fonds Monétaire International (FMI) qui a entraîné une dévaluation de la livre égyptienne et aggravé une crise économique et financière retardée par les subventions de l’État sur nombres de produits de première nécessité depuis le début de la guerre en Ukraine.

Quant au second point, le gouvernement et la diplomatie égyptiennes ont misé sur le renforcement de la carrure de médiateur de l’État égyptien sur les scènes régionale et africaine notamment. Le Président a multiplié les visites dans de nombreuses capitales avant la Conférence et se présente comme « porte-drapeau de l’Afrique », réaffirmant qu’il est le continent qui subit le plus les effets du changement climatique, alors qu’il est le moins polluant. Lors d’une de ses interventions, le 11 novembre, la ministre de l’Environnement, Yasmine Fouad, souligne ainsi que l’Afrique n’est responsable que de 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. La stratégie nationale pour les changements climatiques en Égypte, lancée en mai 2022, avait été l’occasion de réaffirmer le rôle de l’Égypte comme défenseur des pays en développement victimes du réchauffement climatique. Cette COP présentée comme étant celle « de » et « pour » l’Afrique a été l’occasion de rappeler le souhait du continent pour une justice climatique, établie dès l’Accord de Paris de 2015. Pourtant, de nombreuses délégations du continent n’ont pas pu assister et n’ont pas été représentées aux négociations finales, du fait du report de la date de fin de la Conférence en l’absence d’accord, et du prix dissuasif des nuits d’hôtels dans la ville de Charm el-Cheikh. D’ailleurs, une vingtaine d’États africains, dont le Soudan, le Kenya, la Centrafrique, l’Angola, etc., n’étaient pas non plus représentés dans l’espace dédié aux pavillons étatiques de la zone bleue.

L’hydrogène, fer de lance de l’Égypte

L’année 2022, marquée par la crise énergétique, a paradoxalement remis en question une partie des engagements et objectifs mondiaux de diminution de l’utilisation d’énergie fossile : dans le contexte de la guerre en Ukraine et afin de s’assurer une plus grande indépendance énergétique vis-à-vis du gaz et du pétrole russes, de nombreux pays producteurs et importateurs se sont accordés sur une hausse de l’utilisation des énergies fossiles. Ce contexte a permis à l’Égypte d’augmenter son exportation de gaz naturel, produit au large de ses côtes dans le champ de Zohr, en Méditerranée, mais aussi l’exportation de gaz produit dans les champs offshores d’Israël4. Les exportations de gaz de l’Égypte sur l’exercice 2021-2022 auraient augmenté de 44%.

Pour autant, le mot d’ordre était « renouvelable », et le terme qui a été le plus répété et entendu lors de la journée thématique consacrée à l’énergie ou dans les différents projets présentés est celui de l’hydrogène vert5. Le ministre égyptien de l’Électricité et des Énergies renouvelables, Mohamed Shaker, s’est exprimé à plusieurs reprises sur les capacités de l’Égypte et a assuré que le pays serait capable de le produire au coût le plus bas. Le pays a reçu l’attention de nombreux investisseurs et a obtenu plusieurs signatures de contrats avec des entreprises nationales, comme Orascom, mais surtout, étrangères : les entreprises norvégiennes Scatec, Chinoise China Energy, ou encore Émiratie TAQA. D’ailleurs, le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a annoncé le 8 novembre le lancement de la première phase de développement du projet d’une première usine intégrée d’hydrogène vert en Égypte, développé par Scatec dans la ville d’Ain Soukhna. Le gouvernement égyptien avait déjà signé au cours de l’année des accords relatifs à des projets de production d’hydrogène vert, le long de la mer Rouge notamment, et à la construction plus générale d’infrastructures dites « vertes » dans les pays du continent africain. Cette ambition de l’Égypte de devenir un hub gazier6 régional a par ailleurs été saluée par l’Union européenne.

Un autre projet phare porté par l’Égypte lors de cette COP est le lancement de l’Initiative sur le changement climatique et la paix durable, le Climate Responses for Sustaining Peace, reprenant cette idée de la nécessaire sécurité énergétique, selon laquelle la paix viendra par des solutions aux changements climatiques. L’Égypte veut être le pays porteur de cette ambition sur l’attention portée aux solutions aux changements climatiques pour le maintien de la paix.

Un bilan contrasté pour le climat

L’avancée la plus remarquable et la plus tardive de cette COP a été un accord, tardivement négocié, prévoyant la création par l’Union européenne d’un Fonds spécifique bénéficiant aux États les « plus vulnérables » au changement climatique, et qui serait financé par « une large base de donateurs ». L’UE avait jusque-là refusé tout financement lié aux « pertes et dommages » (loss and damage selon la traduction officielle). L’expression est apparue dès 2007 lors de la COP13, qui avait permis l’adoption du Plan d’action de Bali, et fait référence aux conséquences irréversibles liées au changement climatique. Cette mesure de compensation financière était attendue depuis les années 1990, notamment par de nombreux pays d’Afrique, sans qu’elle soit réellement discutée lors des COP précédentes.

Cet accord permet notamment la création d’un « comité de transition » qui s’attellera à trouver les sources de financement en préparation de la COP28, et qui devrait se réunir pour la première fois en mars prochain. Le bilan reste toutefois en demi-teinte, dans la mesure où si les États sont désormais prêts à financer la réparation de dommages antérieurs et à répartir le poids du coût de l’adaptation au changement climatique, les mesures pour réduire les dommages actuels ont été bien maigres. L’objectif de maintenir à 1,5°C la moyenne mondiale annuelle de réchauffement a simplement été rappelé, et la décision finale se contente d’encourager la réduction de l’énergie issue du charbon et la suppression des subventions aux combustibles fossiles, sans action contraignante.

Symboliquement, l’organisation de la COP participe des efforts de l’Égypte à réaffirmer sa capacité à accueillir un événement d’ampleur mondiale. Dès septembre 2022, le président Abdel Fattah al-Sissi avait officiellement validé la candidature du Caire à l’accueil des Jeux olympiques 2036, il avait également annoncé la candidature de l’Égypte à l’organisation de la Coupe du monde 2030 – conjointement avec l’Arabie saoudite et la Grèce –, et le pays accueillera en 2023 le Forum urbain mondial, organisé par ONU-Habitat depuis 2002. Si des points de vue politique et économique, les retombées ont aussi été nombreuses pour l’Égypte, cet événement a été marqué par une forte sécurisation des espaces urbains et par de nombreuses arrestations, entravant toute possibilité de contestations. Plus largement, la société civile a été peu représentée, contrainte par le contexte politique et les prix prohibitifs des logements et accommodations sur place.

Sur la route de Dubaï

La 28ème édition de la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique devrait se dérouler du 30 novembre au 12 décembre 2023 à Dubaï aux Émirats arabes unis. Les négociations entreprises lors de la COP27 sur le financement des réparations devraient se poursuivre, notamment grâce à la coordination du comité de transition, et un premier bilan mondial devrait être établi afin de faire le point sur les réalisations depuis l’Accord de Paris de 2015.

Florian Bonnefoi et Manon Laroche



Citer ce billet
CEDEJ (2023, 6 avril). La COP27, atout Charm au service du rayonnement égyptien. Un bilan contrasté : du politique, sans citoyen. Les Carnets du CEDEJ. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4yk

  1. D’après des propos récoltés auprès de participants et participantes de la zone verte (novembre 2022). []
  2. Aton est un Dieu solaire unique, qu’a essayé d’imposer Akhenaton sous la XVIIIe dynastie, quelques 1350 ans avant notre ère. []
  3. Voir Soliman M., 2021. « The return of the pharaohs: The rise of Egypt’s civilization-state », MEI@75 [En ligne] : https://www.mei.edu/publications/return-pharaohs-rise-egypts-civilization-state. []
  4. Le 15 juin 2022, la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a signé un accord tripartite au Caire afin d’acheminer en Europe du gaz provenant d’Israël et liquéfié en Égypte. []
  5. L’hydrogène « vert », aussi appelé renouvelable, se distingue par son procédé de fabrication par électrolyse de l’eau, à partir uniquement d’énergies renouvelables. []
  6. L’Égypte est de nouveau exportatrice de GNL (gaz naturel liquéfié) depuis la découverte du gisement Zohr, et les derniers accords d’acheminement en gaz de l’Europe depuis les stations de liquéfaction de l’Égypte. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search