Sabahy (Hamdeen)

[Hamdeen Sabahy – حمدين صباحي]

Outsider de la campagne présidentielle de 2012, le candidat Hamdeen Sabahy fait irruption sur la scène politique et crée la surprise du premier tour : arrivé en troisième position avec 21,1% des suffrages exprimés, il talonne Ahmed Shafik (24,5%), candidat officiel du Conseil suprême des forces armées, et dernier premier ministre de Moubarak, laissant loin derrière lui les favoris de la course, Muhammad Aboul Foutouh (17,8%) et Amr Moussa (11,3%) (source : al-Misry al-Youm, 26 mai 2012). Dans les villes de Port Said et Alexandrie, il arrive en tête, déjouant tous les pronostics qui prévoyaient une victoire islamiste, en particulier des salafistes. Son rôle de troisième force se révèle déterminant en vue des reports de voix pour le second tour. Il rappelle à toute la classe politique les réalités sociales et économiques que vivent des millions d’Egyptien. Surtout, la percée électorale de Sabahy remet à l’ordre du jours les revendications de justice sociale portées par la révolution, ainsi qu’une certaine nostalgie pour un Etat « à la Nasser », social et protecteur.

Hamdeen Sabahy est un militant de longue date issu de la gauche nassérienne. Né en 1954, à Baltim, un village du Delta, il est issu d’une famille de paysans, pour lesquels ses engagements seront indéfectibles. En 1975, il entre à l’université du Caire, pour y étudier le journalisme, Dès sa première année, il est élu président de l’Union des Etudiants de l’université, siège à la Fédération Générale des Etudiants et crée un club de réflexion politique qui tente de mobiliser les étudiants autour des principes de la révolutions de 1952. A la même époque, l’Egypte de Sadate se rapproche des Etats-Unis et d’Israël, et les campus universitaires sont en ébullition. A la suite des « émeutes de la faim » de 1977, Sabahy se rend célèbre lors d’un débat télévisé durant lequel il affronte publiquement Sadate et remet en cause sa politique d’ouverture économique (infitah), ainsi que les négociations avec Israël. Cet épisode vaut à Sabahy l’interdiction de travailler dans les médias officiels pendant plusieurs années. En 1981, il est emprisonné pour la première fois, avec 1500 autres activistes, hommes politiques, figures religieuses et intellectuelles de l’opposition.

Sabahy participe en 1992 à la fondation du Parti démocratique nassérien. Des conflits émergent rapidement entre les jeunes cadres de l’époque, dont fait partie Sabahy, et la vieille garde. Exclu en 1994, Sabahy crée quatre ans plus tard le parti al-Karâma (Dignité), puis un journal éponyme, dont il sera le rédacteur jusqu’en 2010. Ses positions contre la guerre d’Irak – l’Egypte fait alors partie de la coalition occidentale et envoie des troupes au combat, lui vaut une seconde arrestation en 1993. Cette même année, il est victime d’une tentative d’assassinat dans des circonstances non élucidées.

Son engagement pour la cause palestinienne, et son soutien à la résistance libanaise lors du conflit de 2006, lui confèrent une dimension régionale « panarabe » ancrée dans l’héritage nassérien, et en faveur d’une politique étrangère égyptienne indépendante des grandes puissances tutélaires de l’Egypte. Toutefois, en 2008, il brise un tabou tenace au sein de la gauche égyptienne, en se rendant physiquement à Gaza pour y dénoncer le blocus qui est imposé au territoire depuis 2007 (NB : en vertu du boycott contre Israël et contre les accords de Camp David, les militants de la gauche égyptienne refusent de se rendre dans les territoires palestiniens occupés).

En 1997, Sabahy s’engage auprès des paysans dont les droits d’exploitation des terres, hérités des réformes agraires nassériennes, sont remis en question par une loi pour la libéralisation des loyers. Accusé d’être à l’initiative de manifestations, il est de nouveau arrêté, emprisonné et torturé. Il parvient à être réélu député en 2000, sous étiquette indépendante, le parti Al-Karama n’ayant pas obtenu de légalisation officielle. L’immunité parlementaire ne le protège pas pour autant d’une nouvelle arrestation, en 2003, pour son rôle dans diverses manifestations contre la guerre en Irak.

En 2004, Sabahy rejoint le Mouvement égyptien pour le changement – Kefaya ! (ça suffit), coalition de militants opposés au régime de Moubaraket fer de lance de la contestation durant la décennie 2000. Il conserve son siège de député lors des élections législatives de 2005 et participe en 2010, aux côtés de Muhammad el-Baradei et d’autres personnalités politiques de l’opposition, à la création de l’Assemblée Nationale pour le Changement, en vue des prochains rendez vous électoraux (les parlementaires fin 2010 et les présidentielles prévues en 2011). La révolution bouleverse cet agenda.

L’appel du 25 janvier 2011 est relayé dans toutes les villes d’Egypte, et Sabahy manifeste ce jour-là dans sa ville d’origine de Baltim. Dès le 28 janvier, « vendredi de la colère », il rejoint au Caire les manifestants qui demandent le départ de Moubarak, et n’aura de cesse depuis de porter les valeurs de la révolution de Tahrir, de militer pour plus de justice sociale, pour un Etat laïc et des institutions démocratiques. Les résultats obtenus aux présidentielles lui ont accordé une nouvelle dimension politique et populaire. En septembre 2012, il inaugure son nouveau parti sur la place Abdin, au centre ville du Caire, devant des milliers de personnes. Le Courant populaire égyptien est placé sous les trois bannières de liberté, justice sociale et indépendance nationale.

Site internet de Hamdeen Sabahy : http://www.hamdeensabahy.com
Site internet du Courant populaire égyptien : http://www.tayarsha3by.com/
Page Face Book : https://www.facebook.com/TayarSha3by
Twitter : https://twitter.com/HamdeenSabahy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *