Talk-shows

Principaux talk-shows du paysage médiatique égyptienDepuis la révolution du 25 janvier, les talk-shows sont principalement diffusés par des chaînes TV privées. Leur foisonnement est désormais justifié par la nécessité de donner aux gens les moyens de s’informer sur leurs droits et les sujets d’actualité.

Les talk-shows dominent clairement la scène médiatique égyptienne. Les soirs de prime times sont devenus des rendez-vous incontournables dans la plupart des foyers du pays. Et des moments de compétition intenses pour les chaînes, toujours en quête du sujet ou de l’invité le plus brûlant d’actualité.

Les statistiques récemment publiées par MAD Talk show-Egypt sur Facebook indiquent que l’ensemble des talk-shows égyptiens totalise plus de 28 heures d’audience par jour. La durée moyenne de chaque émission se situe entre 1.5 et 3 heures.

Parmi les programmes les plus populaires, nous pouvons citer :

  • “Akher Kalam” (Le dernier mot), présenté par Yousri Fouda sur ON TV
  • “Baladna Bilmasry” (Notre pays en égyptien), présenté par Reem Magued, également surON TV

Les rivaux les plus sérieux de ces deux émissions, diffusées sur la chaîne du célèbre homme d’affaire égyptien Naguib Sawires, sont :

  • “Al-Ashera Masa’an” (22 heures), présenté par Mona El-Shazly, sur Dream TV (premier réseau satellite privé en Egypte)
  • “90 Dakeeka” (90 minutes), présenté par Moataz El-Demerdash, sur Mehwar TV (qui appartient aussi à un homme d’affaire, Hassan Rateb)
  • “Al-Qahira Al-Youm”, présenté par Amr Adeeb, sur Al-Youm

Ces derniers mois, au moins dix nouvelles chaînes ont vu le jour et se sont lancées sur le terrain extrêmement compétitif des talk-shows.

Parmi ces nouveaux réseaux, deux sont particulièrement intéressant parce que très liés à la ferveur révolutionnaire et les mouvements de protestation :

  • La chaîne Tahrir TV, née de la collaboration du célèbre journaliste Ibrahim Eissa, de l’entrepreneur des médias et sympathisant des Frères musulmans Ahmed Abu Haiba, et de l’ingénieur Muhammad Morad.
  • La chaîne 25 Janvier est quant à elle dirigée par des membres de la coalition des Jeunes de la Révolution ainsi que du Mouvement du 6 Avril.

Selon le premier sondage effectué par la faculté de Communication à l’Université du Caire, le talk-show ’’Akher Kalam », est en tête des talk-shows du mois de juin 2011. Le journal égyptien Rose Al-Youssef rapporte que l’émission de Yousri Fouda a obtenu 32.3% des voix des personnes interrogées.

« Fil Maidan occupe la deuxième place avec 20.9%.

“Al-Ashera Masa’an”arrive en troisième position avec 11.8%.

Se suivent dans le classement les talk-shows “Al-Qahira Al-Youm” et “Baladna Bilmasry”.

 

’’Akher Kalam » de Yousri Fouda sur ON-TVDepuis son lancement le 6 avril 2008, ON TV a rapidement cherché à s’imposer dans le paysage médiatique égyptienne comme une chaîne privée « libérale et instructive ». Les valeurs de « liberté, égalité, modernisation et rationalité » que la direction défend sur son site Internet aurait pour objectif de « donner aux Egyptiens les moyens de comprendre le monde » et de « satisfaire leur curiosité ». La chaîne se dit également garante d’une identité égyptienne spécifique, tout en s’attachant à diffuser les informations touchant l’ensemble des positions et aspirations du monde arabe.

L’émission de Yousri Fonda, “Akher Kalam ”, fut créée dans le but de faire la lumière sur des sujets d’actualités divers, tant politiques, qu’économiques, sociaux ou culturels.

Fouda et son équipe ont vécu au plus près les 18 jours de la révolution, s’attachant à couvrir les événements depuis la place Tahrir elle-même, ou les autres lieux clefs de la protestation. Leur professionnalisme et leur honnêteté érigea ON TV au rang prestigieux de « chaîne de la révolution » et Fouda devint l’une des grandes stars médiatiques du moment. Très rapidement l’audience d’“Akher Kalam ” explosa. Outre les millions de téléspectateurs quotidiens, les sujets du talk show furent de plus en plus régulièrement discutés sur les réseaux sociaux comme Twitter.
“Akher Kalam ” ne s’est donc pas seulement imposé dans les débats publics, il a également contribué à les façonner.

L’influence du talk-show et le prestige de ses invités n’a cessé de croître depuis. Au point que le CSFA lui-même finit par intervenir, dans des circonstances qui défrayèrent l’actualité de la fin du mois d’octobre 2011.

Extrait d’un article d’Al-Ahram (numéro hebdomadaire du 26/10/11 au 01/11/11) :

« Yosri Fouda a décidé unilatéralement de suspendre jusqu’à nouvel ordre son émission “Akher Kalam”, un talk-show qui bénéficie d’une large audience en dépit des « efforts incessants de la censure » (…) Fouda aurait subi des pressions pour annuler la diffusion de son émission de jeudi où il était censé accueillir le romancier et militant Alaa Al-Aswani, connu pour ses critiques acerbes contre le Conseil Suprême des Forces Armées (CSFA). »

L’émission en question devait analyser l’intervention de deux membres du CSFA, diffusée la veille par Dream TV, sur des sujets d’actualité. Les exactions commises par l’armée, et notamment le récent massacre de 27 manifestants à Maspero, devant le siège de la Radiotélévision, suscitant alors de plus en plus de critiques.

Toujours d’après l’article d’Al-Ahram, « La chaîne ONTV a tenu à se désinculper des accusations selon lesquelles elle aurait participé aux pressions exercées sur son journaliste. « Les propos de Fouda montrent qu’il n’est pas en confrontation avec la chaîne mais plutôt avec un climat hostile à la liberté de la presse », lit-on sur le compte Twitter de la chaîne ».

La décision de Fouda prit une telle ampleur que le général Ismaïl Ethman, membre du CSFA, intervint dans un appel retransmis en direct sur ON TV, appelant le présentateur à« ne pas priver les téléspectateurs de son émission » et ajoutant que « Le Conseil militaire n’intervient pas dans la ligne éditoriale des médias et respecte tous les points de vue sans en censurer aucun ».

Fouda a dit apprécier sur le plan personnel l’appel du général Ethman l’invitant à reprendre l’émission mais estime toutefois que « sur le plan pratique, beaucoup de questions restent sans réponse ».

Finalement, sans véritable explication, Yousri Fouda revint sur les écrans trois semaines plus tard, le 13 novembre. La reprise d’ ’’Akher Kalam » généra à son tour la controverse, Fouda s’étant déclaré prêt à interrompre son show si la liberté d’expression ne progressait pas. Néanmoins il pu accueillir les invités prévus lors de l’émission annulée au mois d’octobre.

 

“Fil Midan” de Mahmoud Saad sur Tahrir TVQuelques semaines après le lancement de la chaîne 25 Janvier, ou Canal 25, en référence au début de la révolution égyptienne, est née une deuxième télévision postrévolutionnaire,Tahrir TV.
Dès le départ, cette dernière s’est voulue plus « traditionnelle » et généraliste que sa concurrente. Ses programmes, dont “Fil Midan” fut le premier à être diffusé, se nourrissent cependant de l’esprit des révolutions arabes, de leurs objectifs et des débats qu’elles ont déclenchés. De l’avis de ses fondateurs, Tahrir TV fut créée pour que les espoirs, les craintes et les libertés retrouvées des Egyptiens puissent s’exprimer. Selon Ibrahim Eissa, l’idée s’imposa à lui comme une évidence au beau milieu de la révolution. La scène médiatique d’alors était gangrenée tant par les médias publics, étroitement contrôlés par l’Etat, que privés et essentiellement conçus pour servir les intérêts de puissants hommes d’affaires.

Quelques semaines après le lancement de Tahrir TV, Eissa déclara dans une interview “We had to have our own voice and not be controlled by anyone. The time had come for journalists and media people to own a channel for the very first time, instead of businessmen. We took advantage of the fact that the censorship structures had collapsed and no one was going to stop us from creating this channel.”

Pour son projet, Eissa avait besoin de collaborateurs en vue, respectés et proches des milieux révolutionnaires, comme Ahmed Abu Haiba et Muhammad Morad.

Ensemble, ils présentèrent le projet à Amr El-Fiki, le président de AdLine, première agence marketing du pays dans le secteur médiatique. Amr El-Fiki fut rapidement convaincu et rejoint l’équipe fondatrice de la nouvelle chaîne.

Tahrir TV s’appuie aussi sur des personnalités médiatiques d’ampleur pour la présentation des talk-shows : Mahmoud Saad, qui démissionna à grands bruits de la télévision d’Etat pendant la révolution, Dina Abdel Rahman, dissident du CSFA, Hamdy Kandil, journaliste d’opposition, mais aussi le scénariste et éditorialiste du journal Al-Masry Al-Youm Bilal Fadl.

Pourtant, malgré la popularité rapide et grandissante de la chaîne et de son talk-show phare, des rumeurs ont circulé sur la provenance de ses fonds. Comment les initiateurs du projet ont-ils pu trouver les financements nécessaires au lancement d’une chaîne et de programmes aussi diversifiés ? Comment ont-ils pu s’offrir les services de personnalités médiatiques aussi célèbres ? Qui se cache derrière ce groupe d’idéalistes ? Ne cherchent-ils pas tout simplement à tirer profit de la chute du régime ?

Face à ces rumeurs, Ibrahim Eissa est demeuré inflexible : le capital initial s’élevait à 1 200 livres égyptiennes seulement. Mais « ses amis de Nilesat », séduits par son projet, aurait offert à Tahrir TV une fréquence gratuite pendant trois mois. Le designer du graphisme, également un ami, aurait quant à lui accepter de travailler pro bono. Enfin, de nombreuses personnes se seraient mobilisées, via les réseaux sociaux notamment, pour augmenter le capital de Tahrir TV.

Le talk-show “ Fil Midan ” (Sur la place), lancé en mai 2011 et présenté par Mahmoud Saad, reste le plus grand succès de la chaîne. Depuis des années, Mahmoud Saad est considéré comme une vedette de la télévision égyptienne. Au moment de son recrutement par Tahrir TV, il venait de quitter la chaîne d’Etat Channel 2, pour laquelle il présentait le talk-show “Masr el-naharda” (L’Egypte aujourd’hui), lassé des pressions et velléités propagandistes exercées par le régime de Moubarak. Les émissions qu’il a animées tout au long de sa carrière, y compris à la télévision d’Etat, ont cependant toujours eu un caractère polémique.

C’est d’ailleurs la déception qui le poussa à démissionner une nouvelle fois. En effet, quelques mois seulement après son recrutement, il quitta Tahrir TV. Dans un entretien avec Business Today Egypt, daté du 16 janvier 2012, il se justifie en ces termes :
« There was a verbal agreement with the partners [de la chaîne Tahrir TV]. When I joined the channel, I wanted to help them establish a new revolutionary channel (…). If they were going to sell it to anyone else, a businessman, I was going to leave because it would not be the project that we had agreed on. So after six months, during Ramadan, we heard that they were selling the channel. They sold it to two businessmen, Labish Hena and Seitofi.”

Au début du mois de novembre, Mahmoud Saad a donc rejoint une autre chaîne télévisée,Al-Nahar, elle aussi créée juste après la révolution.

Mais le présentateur lui-même est très critique à l’égard de toutes ces nouvelles chaînes post-révolutionnaires, dont il doute de l’honnêteté et souligne le potentiel impact négatif sur les véritables objectifs de la révolution.
“These channels are very costly. Tahrir TV, Al Nahar, CBC, Masry 25 ; although they all started after the revolution, it’s a pity they are not all [true] revolutionary channels.
The true revolutionaries do not have enough funding to launch new channels — political channel.”

 

“Al-Qahira Al-Youm” de Amr Adeeb sur Al-YoumL’émission d’Amr Adeeb est l’une des plus anciennes parmi les grands talk-shows égyptiens. Depuis huit ans, la chaîne Al-Youm la diffuse cinq fois par semaine, chaque show durant lui-même environ trois heures.

Célèbre pour son sens de l’humour, Amr Adeeb aborde un large panel de sujets, y compris les plus tabous (religion, sexualité, etc.).

La chaîne Al-Youm, qui appartient à l’ Orbit Satellite and Television Network, est parvenue à diffuser ce talk-show bien au-delà des frontières de l’Egypte : dans le reste du monde arabe tout d’abord, puis en Europe, et enfin en Australie et aux Etats-Unis.

Néanmoins, “Al-Qahira Al-Youm” connu également des difficultés. En 2009, Amr Adeeb créa une véritable controverse en fustigeant l’incompétence des forces de sécurité soudanaises lors du match de qualification au mondial de football, à Khartoum, entre l’Egypte et l’Algérie – au cours duquel de nombreux supporters égyptiens furent blessés. Le ministre des Affaires étrangères soudanais réagit rapidement et somma l’ambassadeur de mettre un terme à ce qu’il qualifia de campagne de diffamation.

Un an plus tard, en septembre 2010, les studios de la ville du Six Octobre, qui appartenaient alors à l’Etat, suspendirent sa diffusion. Le gouvernement justifia cette décision en avançant les retards de payements d’Orbit, la société de production.
La diffusion finit par reprendre sans que cela n’altère les résultats d’audience du show. La révolution elle-même ne semble pas avoir affecté, de manière positive ou négative, ces données, même si les événements de l’année écoulée ont eu un impact sur sa ligne éditoriale.

 

“Al-Ashera Masa’an” de Mona El-Shazly sur Dream TV“Al-Ashera Masa’an” est diffusé sur Dream TV, une chaîne de télévision populaire et indépendante, appartenant à l’homme d’affaires Ahmad Bahgat. Le talk-show a construit la réputation et la célébrité de Mona el-Shazly, l’une des présentatrices les mieux payées d’Egypte. Depuis sa création en 2006, l’émission bénéficie d’une audience régulière et socialement diversifiée, ce qui peut s’expliquer de différentes manières.

Tout d’abord, le programme se distingue depuis longtemps par sa réactivité, les sujets traités par Mona el-Shazly s’inscrivant systématiquement dans l’actualité de l’Egypte, voire du reste du monde.

D’autre part, le plateau d’“Al-Ashera Masa’an” a accueilli toutes sortes d’invités susceptibles d’éveiller l’intérêt du public : des personnalités prestigieuses, polémiques ou tout simplement expertes dans un domaine précis. Mona el-Shazly a ainsi eu l’occasion d’interviewer de nombreux hommes politiques, égyptiens ou étrangers, des scientifiques, des intellectuels, des religieux, etc. A titre d’exemples, citons :

  • Muhammad El-Baradei, ancien directeur général de l’AIEA, lauréat du prix Nobel de la Paix, qui a récemment retiré sa candidature à la présidence égyptienne
  • Ahmed Zewail, scientifique et prix Nobel de la Paix
  • Ahmed Ezz, homme politique égyptien et magnat des affaires
  • Naseer Shamma, musicien iraquien
  • Gamal El-Ghitani, auteur et directeur de magasine
  • Alaa Al Aswany, auteur et pilier, parmi d’autres, du mouvement d’opposition “Kefaya”
  • Yusuf Al-Qaradawi, universitaire et président de l’International Union for Muslim Scholars
  • Amr Khaled, activiste et prédicateur islamique
  • Omar Khairat, musicien
  • Talaat Sadat, ancien homme politique egyptien et prisonnier politique
  • Ayman Nour, homme politique égyptien, fondateur du parti Ghad (Demain), s’était porté candidat contre Hosni Moubarak lors de l’élection présidentielle de 2005, condamné à quatre ans de prison pour faux et usage de faux et libéré en 2009, actuel « candidat » à la présidence (en octobre, en dépit de la chute de Moubarak, une cour d’appel a rejeté sa demande d’annulation d’une décision lui interdisant de briguer toute fonction élective du fait de sa condamnation.)
  • George W. Bush, ancien président des Etats-Unis ; au cours d’une interview de 10 minutes, datée du 13 mai 2008, Mona el-Shazly l’interrogea sur les relations américano-égyptiennes, la question palestinienne et l’Iran.
  • Wael Ghonim, directeur de marketing chez Google Moyen-Orient et, dès les premiers jours, l’un des organisateurs du mouvement du 25 Janvier. Il fut très vite arrêté et incarcéré pendant 11 jours. A sa libération, Mona el-Shazly fut la première à l’interviewer. L’intervention de Ghonim dans “Al-Ashera Masa’an” fut decisive, tant pour le movement révolutionnaire, auquel elle donna un nouveau souffle, que pour l’évolution des medias dans l’Egypte post-Moubarak.

D’après le site Filfan.com, l’audience de l’émission, tournant habituellement autour de 71.2%, atteignit 79% lorsque Mona el-Shazly reçut Wael Ghonim.

La célébrité du show grandit considérablement après cette émission. Mona el-Shazly y raconta comment, quelques jours avant son arrestation le 28 janvier 2011, Ghonim la contacta pour lui parler des révoltes, la coupure d’Internet et le désenchantement de la jeunesse égyptienne. Quelques jours plus tard, un ami de Ghonim l’appela à son tour pour lui faire part de la disparition du jeune homme. L’entourage de ce dernier découvrit finalement qu’il venait d’être arrêté par la police d’Etat, avec d’autres protestataires.

Dans les derniers moments de l’interview, la présentatrice montra des photos des « martyrs de la révolution ». Ghonim affirma ne jamais les avoir vues auparavant, puis éclata en sanglots devant des millions de téléspectateurs. Il prononça quelques mots, aujourd’hui célèbres, « je suis désolé pour tous les pères et mères qui ont perdu leurs enfants, mais ce n’était pas notre faute. Je jure devant Dieu que ce n’était pas notre faute. C’est la faute de ceux qui sont restés au pouvoir sans vouloir le quitter » puis quitta soudainement le studio, Mona el-Shazly courant derrière lui.

En mars 2011, Mona el-Shazly interviewa Aboud al-Zumur, l’un des hommes impliqués dans l’assassinat de Sadat en 1981, immédiatement après qu’il ait été libéré de prison.

Depuis, elle s’efforce de recevoir tous les candidats, potentiels et sérieux, aux élections présidentielles égyptiennes : notamment Muhammad Al-Baradei (qui vint sur le plateau d’“Al-Ashera Masa’an” quelques jours seulement avant d’annoncer le retrait de sa candidature), Amr Musa, Hamdin Sabahi et Hisham Bastawisi.

Malgré tout, en acceuillant dans son talk-show des personnalités du Conseil militaire, du gouvernement d’intérim ou de l’appareil policier, la présentatrice souleva la polémique et fut souvent accusée de stimuler la popularité de ces institutions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *