Entretien avec le cheikh Sa‘îd Abd al-Azîm, vice président de la prédication salafiste (al-da‘awa al-Salafiyya), sur les manifestations prévues le 30 juin

Journal salafiste hebdomadaire al-Rahma (proche du cheikh Mohammed al-Hassan) 14 juin 2013

Le cheikh Sa‘îd Abdul Azîm déclare à l’hebdomadaire al-Rahma : « l’opposition ne pourra pas faire tomber le président. Et si cela arrivait, que Dieu nous en garde, un éventuel président issu d’elle (l’opposition) ne pourra pas durer plus d’une semaine. La punition sera de même nature que l’action ».

« Le Dr. Morsi est le meilleur des présidents de l’Egypte. Il n’est pas autorisé de sortir de son autorité ».

« Le projet islamique est combattu par tout le monde, à l’intérieur tout comme à l’extérieur du pays. Il faut que tout le monde s’aligne comme une seule main dans l’intérêt du pays, et l’opposition ne pourra pas faire tomber le président. Et si cela arrivait, la punition sera de même nature que l’action. Un président qui serait issu de l’opposition ne pourrait pas durer plus d’une semaine…Nous ne nous tairons pas, nous défendrons notre projet, quelle qu’en soient les conséquences. Pour cela, nous mobiliserons des millions de personnes pour défendre la victoire de la Vérité (nusra al-haqq). Le Dr. Morsi est le meilleur des présidents qui ont gouverné l’Egypte, il est interdit de sortir de son autorité. Les signatures (pétitions) du mouvement tamarrud (rébellion) sont falsifiées, et se font de manière grossière qui ne traduit pas du tout la réalité. L’intervention du parti al-Nour (hizb al-Nour) dans l’arène politique a créé des divergences entre les cadres du parti et les cheikhs de la prédication. La prédication salafiste ne peut se résumer en une seule personne. Celui qui prétendrait le contraire serait dans l’illusion ». Telles sont là les phrases et les expressions qui ont été prononcées par le cheikh Sa‘îd Abd al- Azîm, vice président de la prédication salafiste (al-da‘awa al-salafiyya), dans un entretien accordé à l’hebdomadaire al-Rahma. Les lignes suivantes mettent en lumière le texte de l’entretien avec beaucoup plus de détails. Nous lui avons demandé :

  • Pour commencer, comment voyez-vous la scène politique actuelle ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « la scène politique est confuse à un très haut point. Mais, de manière générale, si l’objectif de votre question est de savoir ce qui se passera le 30 juin prochaine, suite à l’appel de l’opposition à faire chuter le président, c’est l’enjeu principal et cela mérite qu’on s’y arrête. D’autant plus que, il ne faut pas l’oublier, ces problèmes politiques menacent la sécurité de l’Egypte. En tout cas, ce genre d’appel à la chute du président représente un danger énorme qui pèse sur tout le monde, et ne pas le dénoncer représente un danger encore plus fort. Ces appels sont en contradiction avec la légalité, la charî‘a, la loi et la Constitution. Ces appels conduisent au chaos et à la destruction, ce qui donnera aux autres des prétextes pour reproduire les mêmes méthodes erronées ».

  • Mais si l’opposition arrivait à faire chuter le président Morsi ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « aucune force ne pourra faire chuter le président légitime du pays. Si cela devait arriver cependant, la punition sera de même nature que l’action. Comme le dit le proverbe arabe : « fais ce qui tu voudras, par la manière dont tu prêteras, tu seras remboursé ». Ensuite, si un Conseil présidentiel était formé, ce serait le début du chaos et de la violence comme mode de gouvernement, ce qui peut aller jusqu’à l’effusion de sang. Un président issu de l’opposition ne pourrait pas tenir plus d’une semaine, quand bien même il parviendrait au pouvoir ».

  • A votre avis, est-ce que les partisans du président resteront muets sans réagir ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « nous ne resterons jamais muets et nous défendrons notre projet, quelles qu’en soient les conséquences. Si l’opposition est capable de mobiliser des milliers de personnes, nous mobiliserons des millions de personnes pour défendre la victoire de la vérité (nusra al-haqq) ».

  • Que pensez-vous sur le fond des signatures de la campagne « rébellion » (hamlat tamarrud) ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « ce sont des signatures falsifiées faites de manière grossière. La preuve : l’aveu des partisans de cette campagne sur les écrans de télévision selon lequel ils ont signé plus de vingt fiches (istimâra). C’est donc une preuve évidente du manque d’authenticité de ces signatures. Est-ce ce n’est pas tout simplement une falsification ? »

  • Que pensez-vous de la dernière déclaration du cheikh Burhâmi qui a dit que si le mouvement tamarrud arrivait à réunir plus de signatures que le nombre des électeurs qui ont élu le président, il demanderait à ce dernier de présenter sa démission ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « c’est une déclaration qui n’engage que son auteur. Cela ne concerne pas les cheikhs de la prédication salafiste. Si le cheikh Burhâmi demandait au président de démissionner, alors des millions de membres de la prédication salafiste demanderaient, de leur côté, au président de rester à son poste ».

  • Dr Sa‘îd, permettez-moi de passer à une autre affaire. C’est le fait que certains ne comprennent toujours par la réalité de la relation entre le parti al-Nour et les cheikhs de la prédication salafiste. Qui dirige qui ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « toutes les déclarations qui disent le parti al-Nour représente l’aile politique de la prédication ou que la prédication, c’est le parti al-Nour, sont fondées. La prédication salafiste, c’est le parti al-Nour, les membres du parti font partie des cheikhs de la prédication. Tout le monde est sur la même ligne, à condition que les résolutions soient fondées sur le Livre et sur la Sunna (paroles et actes du Prophète). La vérité est la bienvenue, quelle que soit la personne qui en fait état, l’illégitime (al-bâtil) doit être récusé, quelle que soit la personne qui dont il émane ».

  • Certains disent qu’il y a de profondes divergences entre la prédication et le parti. Qu’en pensez-vous ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « les divergences sont naturelles, surtout après l’entrée du parti al-Nour dans l’arène politique. Elles ne sont apparues qu’après la formation du parti. Il est évident qu’il y a des différences et des divergences, et qu’il faudra un certain avant qu’elles ne s’aplanissent».

  • S’il existe des divergences, est-ce que celles-ci affectent négativement la marche de la prédication ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « oui, il y a des divergences sur certaines positions. Ces divergences ont été étalées tout récemment sur la scène publique, après des déclarations des cadres du parti. Je pense que si le problème n’est pas résolu, il risque de s’amplifier ».

  • Pourquoi la prédication salafiste se réduit-elle à une ou deux personnes comme par exemple le cheikh Burhâmi ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « la question ne se pose pas de cette manière, toutefois les divergences favorisent cette vue des choses. Le plus important, c’est que la prédication salafiste ne se limite pas à une seule personne et ne s’identifie pas à une seule personne non plus. Cette idée ne reflète pas du tout la réalité, celui qui affirmerait le contraire serait dans l’illusion ».

  • Est-ce que le parti al-Nour a perdu sa popularité à cause de l’absence d’une vision politique conforme au programme de la prédication ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « Il en a été beaucoup question, mais sur le terrain, on ne dira plus ça, d’autant plus qu’il n’y a aucune de statistique qui atteste cette baisse de popularité. Cela dit, il faut reconnaître que les divergences et les divisions ont grandement affecté  la popularité du parti al-Nour ainsi que celle des autres partis islamiques, mais nous souhaitons le meilleur à tout le monde ».

  • Que diriez-vous de ceux qui disent que le parti al-Nour a renoncé à ses principes et qu’il est devenu critique à la fois des Frères musulmans et du président ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « dans la bataille politique, il convient de faire des concessions. Ceux qui voient le parti al-Nour solidaire du Front du salut national  (jubhat al-inqâdh al-watanî) disent que le parti a renoncé à ses principes. Et je considère qu’il a raison de penser cela, d’autant que  les témoignages le prouvent. Nous devons accepter que des erreurs et des atermoiements puissent être commis en politique. Il y a beaucoup de choses qui sont nouvelles pour la prédication salafiste, en raison de son entrée dans le jeu politique. Le seul perdant est le peuple ».

  • Comment analysez-vous les défections au sein des courants islamistes ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « bien sûr, ces défections ont un effet négatif et mauvais: « Obéissez à Allah et à Son messager ; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force » (Sourate du Butin, verset 46). La dissension politique est une preuve d’échec. Nous devons nous repentir, unir nos rangs et travailler pour l’élévation de l’islam. N’oublions pas que nous sommes rentrés dans la politique pour mettre en place le projet islamique ».

  • Comment analysez-vous l’offensive vicieuse à l’encontre du projet islamique ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « le projet islamique est attaqué par tout le monde, à l’intérieur tout comme à l’extérieur.  « En réalité, ce n’est pas toi qu’ils traitent de menteur ; ce sont les signes de Dieu que ces iniques traitent d’imposture » (Sourate des Bestiaux, verset 33). Il faut donc qu’on serre les rangs contre ceux qui prônent ce genre d’appel, et qu’on mette nos divergences de côté, pour parachever le projet islamique ».

  • Certains disent que la recherche des postes a été la cause de l’absence d’unité des   rangs islamistes ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « bien sûr que oui. La recherche des postes et l’envie de goûter au pouvoir ont eu un effet négatif sur nous. Si nous regardons la crise qui s’est passée tout récemment, nous constaterons que c’est à cause de la recherche des postes »

  • Comment pourrait-on approfondir maintenant le discours islamique ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « il faut le concours de chacun pour unifier les rangs islamiques et pour qu’on se retrouve autour d’un seul mot d’ordre qui est d’obéir à Allah le Tout Puissant. Nous devons expliciter le concept des « gens de la Tradition (sunna) et de la Communauté (al-jamâ’at), la vérité de celui qui gouverne et de celui qui est gouverné. Celui qui donne des conseils doit le faire avec civilité et justesse, de manière à garantir la stabilité et la sécurité, pour que notre modèle soit le Livre et la Tradition, pour que nous soyons unis comme les doigts d’une seule main face aux ennemis de Dieu et de Son prophète ».

  • Comment évaluez-vous la présidence du président Morsi depuis qu’il a pris ses fonctions?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « ce président a hérité d’un héritage miné par la corruption. Mais en même temps, il a fait tout le bien pour ce pays. Si on est sincère, on constate que le Dr.Morsi a accompli beaucoup de choses en une seule année, qu’aucune autre personne n’aurait pu faire, sachant qu’il est l’objet de harcèlements incessants, en particulier de la part des médias des fulul [« résidus » de l’ancien régime] qui n’arrêtent pas de tourner leur colère contre le président et le projet islamique en général. Il y a là une volonté délibérée de  noircir la réalité. Or, il faut que tout le monde en soit conscient : la chute du président veut dire la perte du projet islamique ».

  • Vous avez dit que le président Morsi est le détenteur de l’autorité légitime (wali al-amr)  et que sortir de son autorité n’est pas autorisé ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « oui, en effet le président a beaucoup de réalisations à son actif, que certains ignorent. Si on le compare aux présidents qui l’ont précédé, on verrait qu’il est le meilleur président que l’Egypte n’ait jamais eu durant toute son histoire. C’est pourquoi personne ne doit se rebeller contre lui, surtout que la plupart de ceux qui appellent à la chute du président sont les partisans de l’ancien président déchu »

  • Quelle est votre recette pour sortir de la crise actuelle ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « l’instance des droits et de la réforme (hay’at al-huqûq wal islâh) cherche actuellement à mettre en place des réformes et des orientations pour sortir de la crise. Son objectif est de réformer ce qui a été corrompu par l’ancien régime, il est donc de notre devoir de  soutenir cette instance en coopérant avec elle pour unifier les courants religieux, et  réunir toute la communauté (oumma) islamique. Cela équivaut à obéir à Allah et à Son Prophète »

  • Où va l’Egypte ?

Sa‘îd Abd al-Azîm : « elle se dirige vers le Bien, il faut se réjouir de ce Bien. Cependant, nous mettons en garde contre [la possibilité pour nous] d’être un point de faiblesse dans le corps de cette oumma. L’Egypte est un poste-avancé parmi les postes-frontières de l’Islam, il faut que soyons, nous, les porteurs de l’islam».

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *