Entretien du cheikh Ahmed Farid

-Extraits du journal hebdomadaire al-Fatah [expression écrite de la prédication salafiste d’Alexandrie], dans sa livraison du 2 août 2013.

Le journal met en scène ses titres de première page : « L’Egypte est islamiste, elle n’est pas laïque » puis met en exergue les citations de personnalités religieuses : son excellence le Mufti : « notre peuple est religieux et le caractère islamique de l’Etat est une question d’identité » ; le cheikh Mohammed Hassan : « si on déclare la guerre à l’identité, c’est le peuple dans son intégralité qui ira dans la rue » ; le cheikh Makhyûn : « al-Nûr est une arrête dans la gorge des fils de la laïcité ».

Puis, les titres généraux : « non à la violence à l’encontre des manifestants pacifiques » ; « nous avons eu peur que les laïcs et les libéraux dominent la scène politique », « l’usage de la violence ne fait qu’aggraver la situation. Il n’y a pas d’alternative à la solution politique ». Le visage du cheikh Ahmed Farid apparaît sur la première page, avec le commentaire suivant : « je dis à la sécurité de l’Etat : votre retour est un rêve qui ne se réalisera pas ! ».

Entretien du cheikh Ahmed Farid, journal al-Fatah, 2 août 2013.

« La sécurité de l’Etat (amn al-dawlat) essaie de revenir sur le devant de la scène depuis la chute de Moubarak. Nous n’accepterons pas qu’ils reviennent à nouveau. Les choses ont changé, et les gens ont gouté à la liberté. C’est pour ça qu’ils ont versé leur sang. Nous disons à la sécurité d’Etat : « votre retour est l’expression d’un rêve qui ne se réalisera pas par la grâce de Dieu (…). Je mets en garde le ministre de la Défense et le ministre de l’Intérieur qui pensent qu’on peut faire avec les Frères ce qu’a fait Gamal Abd al-Nasser. Ils n’accepteront pas d’être soit tué, soit prisonnier. La conscience des gens à l’époque de Gamal Abd al-Nasser n’était pas celle qui existe aujourd’hui. Nous nous mobiliserons avec les organisations de défense des droits de l’homme et nous utiliserons les moyens légaux pour faire face à la répression. Nous ferons usage de tous les moyens pacifiques pour les mettre en échec, comme la manifestation ou le sit-in (…) ceux qui se félicitent de la démocratie la renient quand les urnes apportent [un résultat] que ne leur plaît pas. Ils se précipitent pour que la minorité gouverne une majorité qui souhaite la Loi de Dieu et refuse la laïcité ».

Question : « certains considèrent que la laïcité dans les pays arabes ne parvient à gouverner qu’à l’aide de la force armée, et non par le moyen des urnes. Qu’en pensez-vous ?

Cheikh Ahmad Farid : « c’est tout à fait vrai. Il ne fait pas de toute que c’est de la « voyoucratie politique » (baltaga siâsiyya), car les laïcs n’ont aucune base (rasîd) parmi les gens. Il y a de la baltaga dans les médias, dans la justice, dans la police, mais cette baltaga ne va pas durer, elle est en train de se dissoudre.

Question : « qui porte d’après vous la responsabilité du massacre de Madinat Nasr ? »

Cheikh Ahmad Farid : « le général al-Sissi et le ministre de l’intérieur, car c’est l’armée et la police qui disposent de l’usage des armes. Il est de leur devoir de protéger les manifestants pacifiques. Mais le Ministère de l’Intérieur est devenu, lui-même, une source de d’épouvante  et de terrorisme. C’est lui qui a fait venir des voyous (baltagiyya) pour frapper les manifestants. Quand ces derniers cherchent à se défendre, le Ministère de l’Intérieur ouvre le feu à balles réelles en leur direction. Sans aucun doute, al-Sissi est responsable de ces massacres. De même, le président par intérim est lui aussi responsable. Il n’est pas pardonnable que le ministre de la Défense ou de la police se comporte de cette manière et considère ensuite qu’il n’est pas redevable de ses actes. Il est non seulement responsable, mais il est complice de ces actions. Il aurait dû démissionner. Ces événements ont mis à nu [la réalité de]tous ceux qui prétendaient incarner le progrès et la civilité, à l’instar d’al-Baradaï – est-ce c’est cela –  l’Etat des voyous (dawlat al-baltaga) – auquel ils aspirent ? »

Question : les Compagons n’avaient pas participé aux combats de Jamal et de Siffin pour éviter l’effusion de sang. Pourtant, les combats ont eu lieu. Ils étaient des serviteurs zélés récompensés par Dieu. Est-ce que cela veut dire que la lutte dans certains cas empêche un bain de sang plus grand, ou, au contraire, la stabilité est-elle la valeur la plus importante ?

Cheikh Ahmed Farid : « Mo’âwiyya était l’émir de la grande Syrie. Ali lui a demandé de lui céder son émirat. Mo’âwiyya demandait à Ali le prix du sang de Othmân. Il y a eu un affrontement. Les oulémas ont dit qu’Ali avait la préséance en droit, mais qu’il imputait au meilleur d’abandonner la lutte. Le Prophète – que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui – a fait l’éloge de Hassan. Il a dit : « mon fils que voici est un maître. Peut-être que Dieu fera de lui l’homme de la réconciliation entre deux grandes communautés parmi les musulmans ».  Quand on a fait allégeance à Hassan en qualité de calife après son père, et qu’il avait avec lui les meilleurs des Arabes, il avait droit au titre de calife avant Mo’âwiyya, et pourtant, en dépit de cela, il y a renoncé pour préserver le sang des musulmans. C’est pour cela que nous avons dit que le docteur Morsi, qui avait la préséance, devait renoncer pour préserver le sang des musulmans et empêcher ainsi ce coup d’Etat militaire ».

Exposé du cheikh Yasser Burhami devant le conseil d’administration de la Prédication salafiste d’Alexandrie.

-« le conseil d’administration de la prédication salafiste fait le bilan de la période écoulée devant le majlis al-choura ». « Nous avions mis en garde le président sur la réalité de la situation depuis cinq mois et nul n’a fait attention à nous »/ « l’institution de la Présidence a perdu cette opportunité et elle n’a rien fait pour le projet islamique »/

Quant au docteur Yasser Burhâmi, adjoint du chef de la prédication salafiste, il a commencé son discours avec nous par petit un retour en arrière. Il a déclaré : « avant d’évoquer la situation politique actuelle, laissez-moi d’abord commencer par préciser la position de la prédication salafiste avant l’élection présidentielle. La position initiale, qui a dû être modifiée sous la pression des événements, était la même que celle des Frères musulmans au départ: il ne fallait pas présenter de candidat islamique à la présidence. L’héritage est donc très lourd, nous sommes peut-être incapables de nous en libérer, et les gens s’en prennent au projet islamique dans son ensemble. Nous avons discuté alors d’un président qui n’aurait pas été hostile au projet islamique. Entre autres choses, nous avions le choix entre deux écueils – soit l’école nationaliste, soit l’école libérale, en tenant compte du fait que les choix possibles devaient se faire sous une forte pression ». Le cheikh continue: « au regard de la présence du cheikh Hazem Sâleh Abou Ismaïl, les choses ont commencé à changer sur la scène salafiste. Je me rappelle de la rencontre que nous avions eue à ‘Amariyya. Nous avons discuté de ce que deviendrait le pays en cas de victoire des différents candidats. Nous sommes arrivés à la conclusion que la plupart des gens [note de la traduction : l’expression arabe « akthar al-qauwm » renvoie ici aux salafistes] étaient favorables [à la reproduction] du précédent syrien ou libyen – et c’est ce qui se passe aujourd’hui ! [Aujourd’hui], le choix n’est pas encore tranché, certains ont même évoqué la possibilité de tuer dix millions de citoyens pour mettre en place un Etat islamique selon leurs vœux. Tous les gens ont accepté ce discours, sans aucune objection. Il y a eu de nombreuses rencontres auparavant, et différents choix ont été proposés, et l’affaire n’est pas tranchée jusqu’à ce jour ».

Et le cheikh continue : « je ne vous cache pas que sous la pression énorme de la base salafiste, les frères (al-ikhwa) – qui sont les fils de la prédication – votent en secret pour celui qui a le discours le plus fort, car ils ne supportent pas l’idée d’avoir un président non islamiste. Nous avons compris à ce moment que ce qui se déroulait à huis clos allait dans une direction déterminée, pour essayer de convaincre la base salafiste d’accepter cette idée ». Le docteur Burhami a mis en lumière [le fait que] le professeur Mahmoud Hussein, secrétaire général de la confrérie des Frères, a confirmé la volonté des Frères de ne pas bouleverser la scène politique dans les conditions du moment. Il a dit : « nous ne présenterons pas de candidat Frère à la présidence pour les deux prochains scrutins présidentiel. De la même manière, nous ne présenterons pas de ministre au gouvernement pendant au moins cinq années, après avoir eu la majorité au parlement en une seule fois ». Il a insisté pour dire que la charge était lourde et qu’il était possible d’échouer à la porter ».

 

 

Le scénario de la Gamâ’a islâmiyya.

Burhami a continué: “à notre tour, nous n’avons pas présenté de candidat salafiste, en suivant la ligne que nous vous avions présentée : l’héritage est lourd, et une seule partie ne peut pas l’assumer à elle seule. Telle était notre conception, c’est pour cela que nous avons refusé le cheikh Hâzem, pour ne pas reproduire le précédent libyen ou syrien, pour repousser [le risque] d’affrontement ». L’adjoint du président de la prédication salafiste continue : « l’exemple de la Gamâ’a Islâmiyya entre l’année 1981 et 1994 se présente devant nos yeux, à l’époque où le meurtre était le seul langage entre les deux parties – la Gamâ’a Islâmiyya et la Sécurité. A cette époque, les salafistes portaient une énorme responsabilité, et, en dépit de cela, on a dit à leur sujet qu’ils étaient des agents, qu’ils étaient des lâches, des pusillanimes, parce qu’ils laissaient [agir] seule la Gamâ’a Islâmiyya. Je ne crois pas qu’aujourd’hui nous devions regretter que les salafistes n’aient pas participé aux affrontements et aux combats acharnés de cette époque.

Les quatre étapes

Le cheikh a précisé : « je dis cela pour l’histoire, parce qu’il y en a qui font de la surenchère vis-à-vis de nous, qui nous accuse de manière fausse et calomnieuse, et qui font semblant d’oublier le principe de la puissance, de l’impuissance, et les étapes de la législation islamique, du jihad et de la commanderie du bien et du pourchas du mal :

–        L’étape [qui consiste à] empêcher vos mains de commettre le mal, à faire la prière et à payer la zakât ;

–        L’étape [qui consiste] à avoir la patience de la famille Yasser car votre destin est le paradis [note de la traduction : selon la tradition islamique, Ammar bin Yasser a vu sa famille torturée par les infidèles de Qoraych, provoquant la compassion du Prophète à son égard – « patience, famille de Yasser, car le paradis est votre destin »] ;

–        L’étape [qui consiste] à «combattre dans la voie de Dieu ceux qui vous combattent, et n’agressez pas car Dieu n’aime pas les agresseurs [note de la traduction : le cheikh Burhâmi cite le verset 190, sourate II (la Vache) : « combattez sur le chemin de Dieu ceux qui vous combattent, sans pour autant commettre d’agression ; Dieu déteste les agresseurs » traduction Jacques Berque]

–        L’étape [qui consiste] à « combattre les associationnistes sans exception, tout comme ils vous combattent. Et sachez que Dieu est avec les pieux » [le cheikh Burhami cite la  sourate IX, le Repentir, verset 36]

Ces étapes exigent de faire confiance à Dieu, de prendre en considération les causes implicites, et, plus important encore, de faire attention aux données tangibles. Quand nous nous trouvons sous pression, et que nous sommes à l’étape de la famille Yasser, ou à celle [qui correspond au verset] « demandez de l’aide auprès de Dieu et soyez patients » (sourate VII, verset 128) »…quand on fait pression sur nous [au moyen] de l’argument du courage et de l’initiative, et [qu’on nous dit]  « entrez dans la terre sainte que Dieu vous a prescrite » (sourate V, verset 21)».

La victoire est assurée, mais il est légalement interdit (harâm) de nous prévaloir de celle-ci. Après la période comprise entre l’année 1981 et l’année 1994, période qui a vu la défaite de la Gamâ’a Islâmiyya et de [l’organisation] du Jihad, et l’effondrement brutal qui a suivi, ils se sont intéressés à nous – l’institut a été fermé, la revue a été saisie, les activités ont été interrompues, on nous a interdit de voyager, aussi bien à l’intérieur [du pays] qu’à l’extérieur, l’instance exécutive et l’instance collective ont été suspendues, seul le noyau a pu continuer ses activités jusqu’à l’année 2002. Ces tentatives pour déraciner ce qui restait de nous n’ont pas réussi. Grâce à Dieu, la prédication a survécu, elle a enregistré de considérables succès sur le terrain. Je dis cela en faisant le lien entre les considérations légales, d’une part, et la réalité dans laquelle nous vivons, d’autre part, en prenant en compte les équilibres ».

Pourquoi Abu al-Futûh ?

Le cheikh poursuit : « quant à notre soutien au docteur Abu al-Futûh, il tient à ce qu’il n’appartenait pas à la confrérie des Frères – ceux-là le décrivaient comme étant un libéral islamiste, en dépit du fait qu’il provenait de la même école, dont il a ensuite été exclu, et en dépit du fait que ceux qui ont dit qu’il était un libéral islamiste ont aussi dit qu’ils ne présenteraient pas de candidat pour l’élection présidentielle, car la période n’y était pas propice. Ensuite, plusieurs noms ont été proposés, dont celui de l’ingénieur Khayrat al-Chater. Les événements se sont succédés jusqu’au vote à l’intérieur du majlis al-chûra au sein de la prédication salafiste. Abou al-Futûh a obtenu dix voix, contre deux voix pour le docteur Selim al-‘Awwa. Les choses se sont développées de cette manière, il en sorti ce que nous savons, jusqu’à l’affrontement final entre les deux candidats : le général Ahmed Chafiq et le docteur Mohammed Morsi. Ce que nous redoutions de la part des Frères, c’était un rapprochement avec les chiites, et nous avons obtenu de leur part des promesses orales et écrites ; de même, nous redoutions [de voir] détruites des entités islamiques, parmi lesquelles la prédication salafiste. A tel point que le cheikh Saïd a dû prendre l’initiative de leur poser la question : « qu’allez-vous faire de nous » ? Il y a toujours [chez eux] cette attitude d’affrontement hostile qui s’en prend à tout ce qui n’est pas Frère ! ».

L’instance unitaire (al-hay’at al-jâmi’a)

Nous avons proposé aux Frères de créer une instance, nous avions décidé de la nommer « l’instance unitaire », sa fonction était le [rôle] de la charî’a dans la Constitution, la non destruction des organisations islamiques, le non recours à la souveraineté du détenteur de l’autorité (wali al-amr). Nous avions exprimé nos appréhensions sur ce point en particulier, car celle-ci allait être utilisée comme une épée punitive au dessus de nos têtes ! L’instance devait aussi s’occuper de répondre aux défis posés par les questions cruciales, comme l’accord de Camp David avec l’ennemi sioniste, les relations de l’Egypte avec les pays du Golfe. A ce moment là, nous est apparue la différence entre, d’une part, un président de bonnes mœurs, qui connaît le Livre de Dieu, et, d’autre part, une personne qui est capable d’assumer la présidence d’un pays [pris] au milieu de conflits gigantesques entre de multiples forces intérieures et régionales.

En dépit de cela, nous avons décidé par consensus de soutenir le docteur Morsi, contrairement à ce qui a été dit sur nos [présumés] rencontres avec le général Ahmed Chafiq à cette période. Que les Frères sachent que nous avons apporté notre soutien au docteur Morsi et que nous sommes convenus par consensus de le soutenir lors du deuxième tour de la présidentielle. Après la proclamation finale des résultats, une délégation de cinq membres de la prédication est allée présenter ses félicitations au docteur Morsi en personne. Celui-ci a lui-même loué la prédication salafiste et nous a dit : « que Dieu vous récompense ! ». Depuis ce moment, nous ne nous sommes plus jamais opposés lors d’élections, ce que le Murchîd lui-même a reconnu. Avec la suite des événements, le comité a cessé de se réunir, jusqu’à sa disparition complète, et l’accord a volé en éclats. L’initiative du parti al-Nûr, qui insistait sur la nécessité d’instituer un gouvernement de conciliation, composé de technocrates, capable de répondre aux défis du moment, est devenue lettre morte. Nous avons continué à réclamer sa réunion, jusqu’à ce que l’ingénieur Khayrat al-Châter dise : «  nous avons coupé le lien avec la présidence, et c’est le président Morsi qui a décidé de cela ! ». Le cheikh poursuit : « je dis cela pour que tous connaissent la réalité sur la manière dont le pays était dirigé à l’époque. Est-ce que le détenteur de l’autorité (wali al-amr) a le droit de nous dire : « participez avec nous aux manifestations ! Est-ce que le détenteur de l’autorité [est justifiable] de l’élection ? Est-ce qu’il a le droit de nous interdire de parler de quelque chose de précis comme de la mise en garde [par nous adressée] vis-à-vis de toute forme de rapprochement entre l’Egypte et l’Iran ? Le président n’a pas le droit de nous dire cela ! ». Si le détenteur de l’autorité était aussi légitime qu’un calife, alors il devrait en avoir les compétences au milieu des crises, et non au milieu des approbateurs. L’imam Ahmed, quand il est sorti de sa prison, est resté dans sa maison pendant deux années sans faire de prêche ! »

La vérité absente

Si les conditions du grand imamat avaient été assurées par le souverain, en termes de compétences, il aurait dû nous le montrer par l’exercice de ses devoirs avant celle de ses prérogatives. C’est une chose importante, car nous avons entendu dire : « vous vous êtes entendus avec Tawadros pour écarter le détenteur légitime de l’autorité », alors que la vérité est très différente de cela. Ce n’est pas nous qui l’avons chassé. En réalité, l’armée était intervenue bien avant le 30 juin, et avait déjà imposé son emprise. Il ne restait que le président Morsi qui a été placé en détention surveillée dans l’un des palais militaires. Les choses étant ainsi, nous avions plusieurs choix à faire.

Il y a eu des pressions pendant les discussions précédentes, de sorte que le Bureau de la guidance (maktab al-irchâd) a accepté de venir au siège de la prédication salafiste. Ceux qui ont le pouvoir de prendre des décisions au sein du Bureau de la guidance sont venus – Mahmoud Azzat, Mahmoud Ghazlan, Hussein Ibrahim et Mahmoud Hussein. Nous nous sommes rencontrés, nous avions décidé d’écouter d’abord leur point de vue sur la réalité de la situation et ce qu’il était possible de faire, nous nous étions dits de prendre en considération les causes visibles, et le dit du Très-Grand – « si vous faites triompher la cause de Dieu, il vous fera triompher et raffermira vos pas » (sourate Mohammed, verset 7). Cela eu lieu le 16 juin, il y avait encore un peu de temps…

Les membres du Bureau nous ont parlé, ils nous ont dit qu’ils étaient venus comme des Frères visiteurs en Dieu, nous leur avons dit que la situation dans le pays était préoccupante, et que la crise empirait jour après jour, que cette situation exigeait un traitement douloureux pendant une période de jours limitée…nous leur avons laissé un document écrit à ce sujet. Mahmoud Hussein a dit qu’ils [les libéraux] attaquaient l’islam et pas seulement les Frères. Nous leur avons dit qu’il fallait reconnaître les choses mauvaises dont ils étaient à l’origine pendant leur gestion du pays – le dialogue présidentiel n’était que des mots, les propositions de sortie de crise n’ont reçu aucun écho, surtout la proposition présentée par le parti al-Nûr, nous n’avons pas eu d’oreille attentive…nous les avons prévenus qu’il y avait une tendance favorable à l’affrontement sanglant, nous l’avions identifiée depuis l’épisode [la campagne] « il faut Hazem » ; il y a une tendance prête au sacrifice de 50.000 martyrs…c’est une erreur sur le plan de la loi religieuse, car en préparant la chute, on ne l’empêche pas, sans parler des provocations verbales, comme l’emprunt aux citations d’al-Hajjaj al-Thaqafi [gouverneur d’Irak à l’époque omeyade, à la fin du VIIème siècle, réputé pour la cruauté de ses méthodes  répressives vis-à-vis des diverses dissidences religieuses et politiques] – « des têtes sont arrivées à maturité, et doivent être cueillies à présent ». La visite s’est terminée sur ces considérations ».

L’adjoint du président de la prédication salafiste a ajouté : « laissez-nous dire une chose : l’Etat égyptien a une prédisposition religieuse, par sa nature propre, mais il n’aime pas l’idée du projet islamique – c’est le cas de la police, des forces armées, de la justice, des médias, des partis qui ont adopté un cadre libéral, en plus des hommes de l’ancien régime. Nous ne disons pas à leur sujet qu’ils n’aiment pas la religion, ils ont une prédisposition naturelle à la religion, mais ils n’éprouvent aucune empathie [vis-à-vis] du projet islamique ; ils se sont opposés à nous depuis le début sur divers sujets tels que couper les oreilles, marier les fillettes dès l’âge de 9 ans…ajoutez à cela quelque chose de bien plus dangereux, la multiplication de ces affaires allait de pair avec l’apparition du mouvement « tamarrud » qui a été mis en place par ceux qui détiennent les clefs de l’Etat. Cela n’est pas seulement arrivé à cause la mobilisation, c’est aussi arrivé à cause des péchés politiques qui ont été commis et pour lesquels nous ne voyons pas de justification. A la fin, ils ont réussi à créer une réelle base arabe haïssant tout ce qui était islamiste ».

Il est impossible aux forces régionales qui nous encerclent comme Israël de cacher leur position vis-à-vis du projet islamique, en plus des Etats du Golfe arabe qui ont une attitude de très grande hostilité vis-à-vis des Frères, en raison de la peur qui est la leur de voir le projet islamique se transposer chez eux, sans parler de la position des Frères, en oscillation permanente, négative au possible, sur la question syrienne. Les autres Etats du voisinage souffrent aussi – la « République des masses » libyennes est au bord de l’éclatement, le Soudan a pris une position hostile sur la question du barrage al-Nahda, sans parler de l’intrusion iranienne dans cette affaire ».

La menace permanente

Le docteur Yasser a continué son discours au journal al-Fatah en disant : « il convient ici de faire une mise au point sur quelque chose d’important, d’une extrême gravité même, à savoir le rôle essentiel de l’Iran dans la région. D’abord, il se trompe lourdement celui qui croît que les Iraniens soutiennent l’idée du projet islamique…c’est une illusion absurde ! Ils cherchent surtout à réactiver le projet perse et chiite ! Il nous suffit de citer le Guide suprême de la révolution iranienne, Ayathollah Ali Khameneï, qui a dit dans son prêche du vendredi, il y a quelques semaines, dans la capitale Téhéran : « les salafistes en Egypte qui s’opposent à la progression des Frères ne sont pas Egyptiens, ils sont sionistes ! ». Sans parler de la réactivation de la fonction d’adjoint du président de la République pour les affaires égyptiennes, la porte perse se tournait déjà vers l’administration égyptienne…cela s’est déroulé sans prêter attention aux centres essentiels de la pensée chiite sur le plan doctrinal ; si l’armée et les services de renseignements ont repéré les husseinniyât [centres d’enseignements religieux chiites] et ont refusé de manière claire le rapprochement avec l’Iran, c’est [resté une question] de sécurité nationale, mais nous parlons ici sur le plan doctrinal !

En dépit de tout cela, nous avons essayé de ne pas élargir encore plus la distance. Mais celle-ci s’est encore élargie avec l’apparition de groupes sur les tribunes des Frères, ce qui a provoqué une réaction dans la rue, parmi les citoyens, contre les Frères.

En plus de cela, la politique étrangère égyptienne a reculé, frappée d’abattement. Cela s’est vu au Soudan, qui a pris une position hostile sur la question du barrage al-Nahda. De même, les forces mondiales comme l’Amérique, l’Europe, la Chine, le Brésil, la Turquie, en plus de l’Iran, ont parié sur les Frères musulmans…Or, il rêve celui qui croit que ces forces peuvent vraiment apporter un soutien au projet islamique en Egypte.

Nous devons observer l’équilibre des choses et [nous demander] vers quel équilibre, et [à partir de] quel texte de loi, nous nous dirigeons…Allons-nous vers la parole [divine] « demandez de l’aide auprès de Dieu et soyez patients » [sourate VII, verset 128] ou vers la parole [divine] « patience, famille de Yasser, car le paradis est votre destin », ou vers la parole [divine] « combattez et prenez patience » [note de la traduction : il s’agit ici de la condensation de deux versets différents], ou de la parole [divine] « combattez les associationnistes sans exception, tout comme ils vous combattent » [sourate IX, verset 36]. Ici, je voudrais ajouter que tous ces textes sont des textes de loi, qu’ils font l’objet de divergences dans leur expression selon les moments où on les sollicite. Ainsi, il n’est pas juste que nous soyons pris de panique et que nous disions que le rapport des forces joue en leur faveur [dans des proportions] de 1 pour 100.

La dernière situation

Revenons à « l’instance unitaire » au sein de laquelle nous avons toujours cherché à résoudre les problèmes, car nous redoutions que les Frères prennent des décisions cruciales comme la décision de l’affrontement ou de la tension – deux malheurs épouvantables.

Car de deux choses l’une s’agissant de ce combat.  Soit l’immixtion occidentale, qui entraîne une irritation chez les deux parties, et les pousse à présenter des concessions de plus en plus grandes, – et je m’étonne [de voir] que la question de l’identité est toujours celle qui fait l’objet de surenchères dans la concession de la part de tous, des concessions improductives et stériles, que nous redoutons et que nous voulons empêcher. De plus, le peuple n’est pas sorti [manifester] pour demander une Constitution, il est sorti pour demander qu’on lui assure du combustible, et malgré cela, il y en a toujours qui l’oriente vers une question jugée plus importante, celle de la Constitution ».

« La décision de la montée aux extrêmes et de l’affrontement est non seulement un choix douloureux, mais, plus encore, un choix amer. Car la montée aux extrêmes vers l’affrontement va attirer l’attention du monde occidental sur ce qui se passe en Egypte en termes de polarisation, par conséquent le langage de la réconciliation va s’imposer, et avec lui, l’intervention occidentale, et l’Occident cherchera à obtenir les gains qu’il convoite pour lui-même depuis de nombreuses années.

Soit l’autre choix – qui n’est pas moins dangereux que le premier – à savoir pendre le chemin de l’option militaire, à l’intérieur même de l’armée, un souhait voulu par beaucoup de monde en ce moment, comme s’il y avait une division  entre les militaires et la hiérarchie. Le choix de la division de l’armée égyptienne est un choix stratégique commun américain et israélien, et il en résultera une catastrophe finale. Après l’effondrement des armées arabes en Irak, en Syrie et en Libye, il ne reste que l’armée égyptienne qui demeure une arrête dans la gorge d’Israël. C’est un scénario catastrophe et monstrueux dans toute son ampleur !

Celui qui pense que les groupes jihadistes dans le Sinaï sont en capacité de défaire une force blindée et armée comme l’armée égyptienne doit lui-même revoir les options de l’organisation d’al-Qaïda – options connues depuis longtemps – que ce soit en Afghanistan ou en Irak.

 

Une lutte d’intérêts

La question à présent est une question d’avantages et d’inconvénients. Il faut ici se fonder sur [une analyse de] la situation réelle sur le terrain et non sur les seules causes invisibles, comme la remise à Dieu, la confiance dans la victoire de Dieu, la certitude de sa promesse, car toutes ces causes sont présentes dans ces différentes phases.

Nous sommes dans une situation de heurt avec toutes ces forces. Pouvons-nous affronter toutes ces forces intérieures et extérieures ? Quels avantages à laisser le président Morsi en place ? Est-ce que le président Morsi est en mesure d’établir la charî’a et l’Etat islamique – ce qu’il a promis de faire, ce dont il a parlé et au sujet duquel il a dit : «sur ma tête, la promesse sera tenue » –  qui comprend la vraie foi, qu’on le veuille ou non ? Est-ce que le président Morsi est réellement capable d’accomplir cela ?  Le véritable obstacle, est-ce lui ou est-ce qu’il y en a d’autres qui font partie de cet obstacle ? Si le président Morsi en est capable, et qu’il ne le fait pas, alors c’est un grand péché [dont il se rend coupable]. S’il n’en est pas capable, s’il apparaît incapable [d’accomplir cette tâche], alors pourquoi le conserver, alors que les conflits à mener conduiraient inéluctablement à une défaite retentissante ?

La radicalisation du discours

Ajoutons à cela l’intensification du discours takfiriste (al-khitâb al-takfiri), et la violence grandissante entre les segments du peuple, en plus des discours enflammés qui dominaient à ce moment, qui se manifestaient par :

–        le fait que les discours ne proposaient aucune solution, comme le résumait la crise du carburant, le ministère du pétrole ne pompait pas les quantités demandées, et, dans le même temps, le ministre des approvisionnements était loué pour son travail, les Frères considéraient même qu’il était leur meilleur ministre. Ils ont aussi exagéré les performances de l’Intérieur, alors qu’il y avait des coupures d’électricité et tant d’autres problèmes !

–        les mesures exceptionnelles énoncées dans le discours [des Frères] et qui n’ont fait qu’ajouter une tension supplémentaire dans la rue. Donner mandat aux ministres et aux gouverneures pour licencier toute personne [coupable de] spéculer, et retirer leurs licences aux stations d’essence coupables de spéculer, voilà qui ouvrait la possibilité de nouvelles exactions, et de nouvelles chasses aux victimes, tandis que les vrais spéculateurs étaient hors d’atteinte du gouvernement – quand bien même certains de ses hommes auraient voulu les atteindre !

La grande tromperie

Les manifestations millionnaires se sont multipliées. Les Frères et leurs alliés ont organisé une manifestation millionnaire le 21 juin et le 28 juin dans la place Râbi’a al-‘Adawiyya. Le 30 juin, presque tout le monde est sorti manifester et les choses ne se sont pas passées comme l’imaginaient les Frères. Les manifestants n’ont pas essayé de prendre d’assaut le palais ; tous les médias se sont solidarisés avec les manifestants, même la télévision d’Etat, ce qui montre que les ressorts de l’Etat n’étaient vraiment plus en possession du président !

Les Forces armées ont donné un ultimatum de 48 heures pour en finir avec la crise, sans quoi,  l’armée interviendrait. Publier un tel ultimatum est chose impossible si l’armée n’est pas déjà en situation réelle de commander le pays. A la lumière de la réalité de cette situation, la prédication a demandé au président d’accepter des élections présidentielles anticipées, puisqu’il était apparu que l’Etat n’était plus du tout contrôlé par le président ou par le gouvernement. Comme d’habitude, le président et les Frères ont refusé, et comme d’habitude, il y a eu [à notre encontre] des accusations de trahison et de collaboration ! A ce moment, le président a fait un discours en acceptant des propositions que nous lui avions faites cinq mois auparavant, qu’il avait à l’époque qualifiées de « trahison » et qui, de toute façon, avaient été rendues obsolètes par l’évolution des événements.

Après le discours, l’armée a destitué le président Morsi, et a pris le contrôle de tous les postes l’Etat. Cela a commencé avec le palais présidentiel, qui est revenu à l’Etat. Auparavant, était tombé l’immeuble de la radio et de la télévision d’Etat dont le ministre Frère de l’information était déjà sorti depuis une semaine, de sa propre initiative ; puis celui des tribunaux, puis celui des travaux publics. Ensuite vint le tour des ministères importants, parmi lesquels le ministère du pétrole – la nouvelle administration a pu mettre fin aux problèmes de l’essence et du diesel, ce qui montre sa capacité à administrer, compte non tenu de la cause réelle du problème (qu’ils aient mis fin à quelque chose de prémédité ou qu’ils aient reçu une aide arabe). L’objectif était surtout de prouver la réalité d’un nouveau pouvoir.

De même, toutes les forces de la police se sont alignées avec les opposants du président, ainsi que toutes les forces de l’armée. D’un point de vue pratique, il était connu de tous que [la simple existence de] ces manifestations suffisait pour établir que le gouvernement du pays était en réalité sous le contrôle de l’armée.

Il fallait démissionner

La présence de l’ingénieur Jalal Murra, secrétaire général du parti al-Nûr, n’a rien changé à la réalité des choses : la destitution avait déjà été accomplie depuis plusieurs jours. La présence du cheikh Jalal servait surtout à trouver une solution pour combler la distance entre les courants islamistes, d’un côté, parmi lesquels les Frères, et la « rue politique » de l’autre. A partir de là, nous avons acquis la conviction que le pays se dirigeait vers la guerre civile. Quelle devait être notre position : est-ce que nous devons nous ranger derrière un président sans réelles prérogatives ?

J’affirme qu’en dépit de cela, nous avons dit à l’armée : « considère que cette rencontre doit être placée sous la sceau de la franchise, afin que nous repoussions le mal ». Nous avions composé un comité avec le parti al-Nûr, al-Azhar et l’Eglise. Nous avons pris une initiative et sommes allés chez le président pour sauver ce qui pouvait être sauvé. Nous l’avons informé de la nécessité d’un accord pour tenir des élections présidentielles anticipées. Mais le président a refusé de façon très ferme ! Alors, nous avons dit au général al-Sissi « accorde-nous du temps ». Il nous a répondu : « plus un seul jour après cela…il doit démissionner ! ». C’est ce à quoi il a appelé en publiant un communiqué après le 30 juin pour des élections anticipées, tandis que le président Morsi faisait marche arrière, et donnait son accord le 2 juillet, mais les choses avaient déjà évolué à ce moment, parce que les équilibres sur le terrain avaient eux aussi changé !!

 

 

La difficile équation

Depuis ce moment, nous sommes devant une situation nouvelle et changeante. Devant nous, il y a des hommes d’affaires, des médias, une armée, des services de renseignements, une conjoncture mondiale. La destitution les a tous pris de vitesse, elle s’est accomplie, et nous nous sommes retrouvés devant trois options : soit la retraite et l’isolement complet ; soit le choix de l’affrontement, de l’antagonisme et du sang versé ; soit le pari de la présence au nom du moindre mal.

C’est ainsi que le petit peuple s’est représenté la situation. Tous ont convenus que nous avions perdu. On nous a accusé de trahison, entre la tendance qotbiste, la tendance surûriste et la tendance takfiriste, même celle qui autorise à verser le sang. Nous avons rencontré dans l’urgence le général al-Sîsî qui nous a demandé : « quelle est votre vision ? ». Nous avons insisté sur la nécessité de consulter le Parti, pour discuter en particulier des articles 2, 4, 8 et 219 de la Constitution. Nous lui avons rapporté qu’il était hors de question de modifier ces articles, car un changement serait de nature à porter atteinte à la base salafiste et à provoquer un embrasement, comme c’est le cas dans le Sinaï. Nous avons confirmé que nous ne voulions pas de poste, nous avons subi des pressions pour accepter la désignation d’al-Baradai. Un quart d’heure avant qu’il ne prête serment, j’ai reçu un appel nous enjoignant de changer d’avis mais nous avons maintenu notre avis. On nous a répondu que notre demande serait prise en compte, mais que nous perdrions beaucoup et que nous verrions ce que les médias diraient de nous.

Les demandes d’al-Nûr

Nous avons présenté plusieurs demandes, parmi lesquelles la nécessité de modérer l’action du ministère de l’Intérieur dans le traitement des Frères musulmans et des islamistes en général tout en améliorant le traitement réservé au reste du peuple, de mettre en œuvre un plan pour faire revenir les Frères sur la scène politique et ne pas les exclure. Nous, sans les entités islamistes, nous perdons beaucoup…Il y a des voix qui cherchent à éradiquer tout ce qui est islamiste, or, la montée aux extrêmes suscitera en retour une autre montée aux extrêmes ».

Nous avons aussi demandé de mettre fin à l’inflexion séculariste qui souhaite arracher la référence religieuse des partis islamistes. Nous demandons aussi que les chaines islamistes puissent émettre à nouveau. Nous avons proposé des cheikhs honnêtes comme le cheikh Hassan, le cheikh Moustapha al-Adawî, ainsi de suite.

Nous avons aussi demandé la fin de la crispation politique, parce que le désespoir provoque des catastrophes ».

De son côté, le Dr. Ahmad Farid, membre de l’organe suprême du conseil d’administration de la prédication salafiste, affirme : « comme c’est clair devant tout le monde, nous ne faisons  pas partie de la crise. Nous n’avons participé à aucun ministère ou gouvernorat, nous avons régulièrement mis en garde contre les mauvaises pratiques. La prédication salafiste a minimisé les risques d’une guerre civile qui aurait pu avoir lieu. La nature du peuple égyptien est qu’il est musulman à 95%. L’affaire est très dangereuse quand il y a un combat entre ce qui est l’islam et ce qui ne l’est pas, la position de la prédication étant claire concernant cette affaire. Les libéraux et les soufis sont des musulmans, il faut qu’on traite avec eux, parce qu’ils rentrent dans le cadre de notre prédication. La division est ici une grande erreur. De même pour les manifestations. C’est une question d’interprétation islamique, le langage de trahison n’a pas lieu à être tenu. Certains cheikhs prennent position en parlant du malheur infligé par Dieu, comme le cheikh Moustapha al-Adawî, mais il n’a pas été accusé de trahison comme l’a été la prédication salafiste » (…).

C’est donc une question d’interprétation islamique (ijtihâd), celui qui accomplit cette interprétation et réussit obtient deux récompenses ; s’il se trompe, il en obtient une. Nous, nous avons accompli un effort d’interprétation, nous avons consulté et nous avons décidé, après de nombreuses consultations, de ne pas participer. Prendre position et accuser la prédication salafiste de trahison relève de l’interprétation islamique. Nous espérons avoir pris une juste position et avoir épargné à la nation une guerre civile, les périls de la discorde, les confrontations violentes… Prononcer des accusations est une grande erreur, il faut y remédier. Il suffit de constater que les Frères musulmans n’ont pas pris position pour les officiers barbus, nous savons que certains parmi ces derniers ont vendu les meubles de leurs appartements pour pouvoir nourrir leurs familles. Il suffit de parler de la violation d’une promesse faite – la porte a été laissée grande ouverte devant les chiites. De plus, des postes ont été accordés en vertu du degré de confiance des Frères musulmans à l’égard des bénéficiaires et non en vertu de la compétence. Quand on ne respecte pas les promesses, cela peut provoquer la défaite. Les Frères musulmans ont commis des erreurs, ils doivent en supporter les conséquences » (…).

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *